lundi 22 juin 2009

268° Loppsi, version française de supplice chinois.

.



Avec la loi Loppsi, que notre gentil régime s'apprête à faire voter pendant les vacances, l'internet français risque de ressembler un peu à l'internet chinois. Voyons d'abord qu'est ce que Loppsi, et ensuite ce qui se passe en Chine.


Loppsi 2, c'est un projet par lequel l'état pourra intervenir sur tous les échanges de données réalisées sur le web, au prétexte à priori de lutte anti-terroriste et de traque de la pédopornographie. (ces pères-fouettard des temps modernes auxquels on fait endosser tant des choses...)


http://www.ecrans.fr/Loppsi-2-bientot-Hadopi-en-pire,6865.htm


Quand on se souvient que le « droit d'auteur » est le seul privilège judicieusement sauvegardé de l'abolition des dits privilèges par les lois révolutionnaires des 13 et 19 janvier 1791 et des 19 et 24 août 1993, et qu'on voit qu'ils sont redevenus le pré carré d'un quarteron d'aristos du showbiz, ça ira, ça ira, on regarde les lanternes avec nostalgie...


L'emploi de telles méthodes est une injure à la création individuelle, et disqualifie internet du statut de mode de correspondance privée, au sens entendu par la loi qui protège le secret de la correspondance. Ce qui est regrettable.


Ensuite, les notions de « terrorisme » et même de pédophilie ne sont que des questions d'appréciation... Souvenons-nous que les pétainistes traitaient les résistants de terroristes, et qu'en ce moment même, les manifestants qui réclament des élections honnêtes à Téhéran se font insulter de la même manière...


D'abord, tout comme Hadopi, ça ne va pas marcher. Ce serait oublier l'esprit français, auquel nous devons quand même pas mal d'avantages sociaux et de libertés que d'autres pays nous envient. Ce serait aussi oublier l'esprit des Lumières et des grands penseurs qui nous ont fait réaliser la différence entre la société humaine et la fourmilière.


Il y aura des résistants. Et sur internet, la résistance est plus insaisissable que dans la nature, parce qu'on peut se battre à distance, à couvert et même de l'étranger. Il y aura des innovations et des trouvailles qui garderont toujours trois longueurs d'avance sur tout un arsenal répressif toujours long et coûteux à mettre en place.


Et, ce seront, comme d'habitude, les petits, les sans-grade, les dealers du coin de la rue qui trinqueront les premiers. Et les mêmes geeks qui vendront sur le bureau un nouveau programme de contrôle et sous le bureau le crack (programme de contournement) qui va avec. Pour eux, c'est toujours tout bénef.



Il y aura des programmes pour contourner les programmes, des systèmes insensibles aux investigations, transparents aux curieux, résistants aux espions. Bref, à vouloir réprimer avant d'éduquer, là encore, on s'embarque dans une guerre de cent ans.


Le caractère intrusif de la loi Loppsi, qui prévoit d'interdire les cryptages, d'espionner les ordinateurs, d'intercepter les messages au passage, de publier des listes de sites « à bannir », et même d'intervenir dans la pertinence des moteurs de recherches, venant en complément de la loi Hadopi qui instrumente déjà, rappelons le, sans l'intervention d'un juge nous oblige à examiner le système qui fonctionne déjà sur ce modèle: l'internet chinois.


Pour être bénéficiaire d'une connexion personnelle en Chine, il faut une autorisation administrative. Une sorte de passeport, de permis de naviguer, que l'autorité délivre, ou pas, à la tête du client. Ensuite, dans un pays qui prétend tourner au libéralisme, on ne choisit pas son fournisseur. Et pour cause, il n'y en a qu'un. Avec diverses enseignes, mais tous les fils sont raccordés derrière le mur...


http://www.silicon.fr/fr/news/2009/06/12/la_chine_intensifie_sa_censure_de_l_internet_


Flicker, hotmail, youtube, bing sont interdits. Google, qui a droit de cité, a accepté sans état d'âme les conditions de la dictature, ce qui lui est amèrement reproché à l'ouest. Yahoo, qui ne détient que 38% des parts de la société Alibaba qui exploite sa marque en Chine, est vert de rage: contre sa volonté, Yahoo-Chine publie les photos de militants pro-Tibet recherchés.


http://www.7sur7.be/7s7/fr/4134/Internet/article/detail/881852/2009/06/08/Programme-anti-porno-sur-tous-les-ordinateurs-chinois.dhtml


A partir du 1° juillet prochain, tous les ordinateurs vendus en Chine seront équipés d'origine d'un logiciel « anti-pornographique » dont les naïfs inspirateurs attendent des merveilles. On ne sait pas tout de la bébête, sauf que confrontée à un antivirus de chez nous, elle apparaît à la fois comme un espiogiciel, un cheval de Troie et un keylogger. (qui rapporte à son maître tout ce qu'on tape sur le clavier). Des milliers d'ordinateurs chinois ont été bloqués le mois dernier à cause de ce conflit entre le petit rapporteur et les anti-virus.


http://www.generation-nt.com/norton-antivirus-windows-xp-panne-chine-symantec-actualite-41103.html


Plus grave: lorsqu'il rapporte à son petit maître, l'espion maladroit le fait en clair et non pas en crypté, ce qui expose à tous les pirates de la terre les données personnelles qu'il dénonce! Et enfin, lorsqu'il pratique sa petite délation, il ouvre en grand les portes de l'ordinateur: les pirates n'ont qu'à s'installer.


http://techno.branchez-vous.com/actualite/2009/06/risque_accru_de_piratage_des_o.html


Si on n'y prend pas garde, l'ensemble des ordinateurs chinois pourrait se transformer en légion de machines-zombies et constituer le plus gros botnet de l'histoire d'internet. La guerre des clones à côté, c'est de la rigolade...


Voilà vers quoi nous nous dirigeons, insensiblement, en France. Non seulement le caractère privé de notre correspondance n'est plus assuré, mais nos petites histoires risquent de se trouver déballées le long des tortueux chemins d'internet, laissant derrière elle les portes de son évasion grandes ouvertes...


Du doux foutoir où n'opèrent pas plus de délinquants que dans nos villes et bistrots, internet va devenir un champ de bataille...


La multiplication des espions et des anti-espions, des traquenards et des capes d'invisibilité à la Harry Potter va alourdir le trafic, ralentir nos machines, multiplier les embûches, compliquer la convivialité et anéantir la richesse de la toile en en centralisant les ressources.



La boîte de Pandore est ouverte.



.

2 commentaires:

Guil a dit…

Bonjour,

Il y aura des résistants. Et sur internet, la résistance est plus insaisissable que dans la nature, parce qu'on peut se battre à distance, à couvert et même de l'étranger. Il y aura des innovations et des trouvailles qui garderont toujours trois longueurs d'avance sur tout un arsenal répressif toujours long et coûteux à mettre en place.

EN fait, ça existe déjà. Il y a des gens qui n'ont pas attendu LOPSI pour monter des systèmes sécurisés juste "au cas où". Ils se nomment par exemple tor, i2p ou freenet et marchent bien quoique souffrent d'un manque de fréquentation qui les empêchent d'atteindre des performances de croisière. LOPSI et autre HADOPI règleront sans doute ce problème.

Freenet par exemple permet une interconnexion à un réseau parallèle de façon anonyme, cryptée et cachée (chaînes de proxy). Il a été conçu pour rendre absolument impossible (techniquement parlant) toute possibilité de censure, quel qu'en soit la raison. Même si ses auteurs voulaient y supprimer un fichier, ils ne le pourraient pas.

Il y a déjà un peu de monde sur Freenet. Et, on s'en doute, on y trouve d'abord ceux qui ont un réel intérêt à utiliser un tel système, pour raisons de censure par ailleurs. En deuxième position, on y trouve les paranoïaques qui s'imaginent avoir un intérêt à l'utiliser - ceux là innondent Freenet de théories du complot diverses en variées, l'un allant rarement sans l'autre. Enfin, on y trouve les vrais amoureux de la liberté qui veulent faire vivre cette idéal réalisé d'un système sans censure.

Incidemment, il y a un revers à la médaille: le contenu y est en grande majorité soit illégal, soit paranoïaque de bas étage. C'est un peu la jungle ultra-libertarienne en ce qui concerne la liberté d'expression. Sexe, violence, insultes, diffamation, racisme, homophobie, pornographie (y compris infantile), tout y passe.

Du coup celà plaira t-il à un vieil anard comme vous? L'impossibilité technique de censurer rend toute gestion impossible - y compris l'auto-gestion chère aux libertaires (à ne pas confondre avec libertariens!). Les createurs du freenet sont parti sur le principe que quelque soit le contrôle exercé par le peuple sur les outils de censure, la seule sécurité à 100% est leur totale inexistence...

Cordialement,
Guil

de Brethmas a dit…

Toute médaille a son revers.
On ne saurait bien sûr, encourager les pratiques criminelles, mais ces dérapages de freenet confortent ma démonstration:

Toute répression aveugle engendre une résistance non moins aveugle.

D'où l'intérêt que les pouvoirs publics auraient à organiser un contrôle intelligent, transparent, éclairé, et dûment contrôlé par la justice, et non pas ces espèces de prises d'otage que seront les actions d'Hadopi qui tomberont sur les petits surfers et dont les informaticiens chevronnés, -et les criminels- sauront se garder.

JdB