samedi 25 février 2006

19° Y a-t-il des bons et les mauvais morts ?



Les fleurs sont encore fraîches sur la tombe d'Ilan Halimi que l'on s'arrache déjà le symbole médiatique qu'il constitue.

Les manifestations se multiplient, et on s'y dispute les tickets de présence. À tel point que celle d'aujourd'hui, qui n'est pas encore commencée, voit le MRAP contester la présence annoncée,-fort douteuse il est vrai -- de représentants du FN et du MPF Villiériste.

Il est vrai que la présence de ces tenants de la ségrégation sur une manifestation comme celle-ci relève plus de la provocation que de la solidarité, mais le tapage qui en résulte ne manque pas de m'interroger sur la « valeur » des victimes d'atrocités.

Car l'histoire de ce malheureux Ilan Halimi est épouvantable et scandaleuse, tant sur le fond que dans la forme, tant sur les raisonnements dont elle est issue que sur les arrière-pensées dont elle est entachée. Nous sommes d'accord là-dessus. Elle est un déni aux valeurs républicaines, une injure à l'égalité des hommes, une éclaboussure de bestialité dans notre monde civilisé.

Mais je pense, moi, à d'autres victimes, à d'autres morts. À ce pauvre Sébastien Nouchet, qui n'est pas mort, certes, mais qui a été brûlé vif et se retrouve affreusement mutilé parce qu'il était homosexuel. À la manif pour protester contre son agression, nous étions une petite cinquantaine, face à un quarteron de CRS qui nous ont relégué sur un coin de trottoir de la rue de la Paix et ne nous sont jamais permis d'aller sous les fenêtres du ministère de la Justice place Vendôme.

Je pense à ces camarades homosexuels battus à mort, étranglés, lynchés, assassinés des pires manières sur la voie publique, à leur domicile. Un la semaine dernière à Montrouge, un autre à Nancy, un à Reims, deux à Toulouse, un à Vitrolles, deux à Marseille, un à Marmande, et tous ceux dont la « célébrité » ne sort pas -au mieux-, du cadre des faits divers d’un journal de province…

Tous les liens suivants relatent un meurtre homophobe perpétré dans les six derniers mois. Et j’en oublie certainement, et tous n’ont pas eu les « honneurs » d’une page web.

http://www.maincourante.eu.org/article.php3?id_article=72

http://www.maincourante.eu.org/article.php3?id_article=72

http://homoedu.free.fr/agressiondelanoe.htm

http://marseille.indymedia.org/news/2004/08/990.php

http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=8905&date_info=2006-01-18

http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=8425&date_info=

http://www.brest-ouvert.net/article2019.html

http://www.france.qrd.org/actualites/article.php3?id_article=1193

http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/161218/actualites_visu.htm

http://www.ilga.org/news_results.asp?LanguageID=3&FileCategory=19&ZoneID=11&FileID=283

http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/243907/actualites_visu.htm

Où sont les manifs ? Où sont les ministres, les rabins, les recteurs des mosquées, les journalistes ? Oui, les journalistes si prompts à « vendre » de la "valeur républicaine ajoutée" ?

Et où sont les associations républicaines ? Celles qui luttent pour le respect des minorités ?

Où sont tous ces gens lorsqu’on massacre des homos pour ce qu’ils sont, qu’on les enterre ? Que fait-on pour que leur mort ne soit pas « inutile » ?

Y aurait-il des « bons morts » et des « mauvais morts » ?

samedi 18 février 2006










18° Les frères ennemis réconciliés dans la haine homophobe.



On dit souvent que la tolérance d'une société par rapport à ses homosexuels est un baromètre très précis de l'état de sa démocratie et du respect qu'elle porte aux libertés individuelles.

À cet égard, la Russie traverse une tempête…. Les choses y sont tellement bouleversées que les ténors juifs et musulmans sont tombés d’accord pour déclarer le même jour leur haine homophobe. Il est vrai qu'ils ne pouvaient difficilement s'afficher en retrait des sorties du grand mufti de Russie et du grand patriarche orthodoxe qui, en janvier, avaient tous deux affirmé que « l'homosexualité ne passerait pas en Russie ».

Le grand rabbin moscovite Berl Lazar n'hésite pas à assimiler la provocation que représenterait pour lui une Gay Pride à travers Moscou à celle qu'a pu représenter pour les musulmans la publication des caricatures de Mahomet. On reste coi devant tant de compréhension à l’égard du frère ennemi…

Monsieur le grand rabbin Lazar semble oublier que Tel-Aviv autorise le déroulement des Gay Pride depuis plusieurs années, et l'histoire devrait lui rappeler que les communautés juives et homosexuelles ont déjà vu leur chemin se croiser à plusieurs reprises dans le passé, notamment lors des déportations staliniennes et dans les camps de la mort nazis…..

Le grand patriarche orthodoxe, lui, ne se contente pas de fatwas et autres discours de sacristie. Il fait dans l'efficace, le moderne. Une commission juridique créée par ses soins poursuit toutes les manifestations, mêmes culturelles, au cours desquels un homosexuel pourrait montrer le bout de son nez. Ils ont pris en grippe le célèbre chanteur de variétés Boris Moïsseïev, ont révélé son homosexualité et tentent de faire interdire tous ses concerts, soit par voie juridique, soit en fomentant des manifestations. Jusqu'à maintenant, ils ont pu faire annuler trois de ses concerts, à Ekaterinbourg, à Saint-Pétersbourg et à Tioumen.

Toutefois, le patriarche s'est planté à Krasnodar, ou, allié aux ultranationalistes, il a voulu organiser une manifestation pour empêcher la tenue de la Gay Pride de Moscou. Si le maire de Moscou, Iouri Loujkov, reste hostile à la Gay Pride, les autorités de Krasnodar ont interdit la manifestation, et ont même sévèrement réprimé ceux qui se sont aventurés à braver l'interdiction.

Si l'opinion publique russe évolue très lentement en faveur de l'homosexualité, le grand militant gay moscovite Nikolai Alekseev est l'objet de constantes persécutions. Il a récemment été arrêté quelques jours comme auteur du site :

http://www.gayrussia.ru/

dont vous pouvez pourtant vérifier l'aspect parfaitement convenable et conventionnel….

La Gay Pride de Moscou, malgré l'interdiction dont elle fait encore l'objet à ce jour, sera préparée à Paris par des instances internationales. Elle est prévue pour le 27 mai 2006. Des voyages en groupe seront organisés pour aller y participer sous l’égide de personnalités difficilement contestables.

Du côté musulman, dans un message adressé mardi à l’agence russe Interfax, Talgat Tajouddin, plus haut dignitaire de l'islam en Russie, ne rigole pas. Il appelle ouvertement à tuer des homosexuels si la Gay Pride a lieu, en déclarant avoir trouvé dans le coran le fondement d'une pareille cruauté. Dans son discours, il a même essayé d'entraîner les orthodoxes à co-perpétrer ce massacre, ce qui a obligé le grand patriarche à réagir pour préciser que s'il était également opposé à l'émancipation des homosexuels et à toutes leurs manifestations, il était par contre opposé à tuer qui que ce soit… Ouf !

À mi-chemin de Moscou, la République tchèque avait fait un pas dans le bon sens, mais elle a trébuché… Le Parlement et le Sénat avaient voté un texte créant un partenariat gay, mais c'était compter sans la vision réactionnaire du président Vaclav Klaus, qui a refusé de le promulguer…

La démocratie est un art subtil est difficile, encore très nouveau pour nos amis tchèques…

La constitution de ce pays prévoit maintenant que le texte doit repasser devant les assemblées, et y trouver une majorité absolue. S’il la trouve, il sera promulgué malgré le refus du président, s'il ne la trouve pas, il sera annulé et retour case départ…

Ça chauffe aussi pour les homosexuels au Cameroun, où l'homosexualité est toujours un crime pénal. Sous la pression des leaders chrétiens et musulmans, trois journaux, « la Météo », « L'Anecdote » et « Nouvelle Afrique » ont publié les 8 et 10 février des listes d'homosexuels, outant -- ce qui est nouveau en Afrique --, de nombreuses personnalités célèbres du pays, dont le chanteur et tennisman Yannick Noah.

Des listes publiées dans les journaux, cela nous rappelle douloureusement le maccarthysme aux Etats-Unis, et le pétainisme en France…. La voix de l'humanisme moderne est longue et pleine d'embûches, et chacun la parcourt du mieux qu'il peut.



Les gays parisiens voient arriver avec inquiétude la campagne des élections municipales… À droite, déjà déclarés :

Pierre Lellouche, homophobe récidiviste.

http://obspacs.free.fr/deputes.htm

et Mme de Panafieu, homophobe médisante, qui tente de répandre des rumeurs :

L’attaque :

http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=12182&rubrique=actus

et la réponse :

http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=12184&rubrique=actus

En se déclarant candidat, Lellouche a même précisé que cela rendrait à Paris l’habitude de posséder un maire marié et père de famille. Il ne peut pas se retenir, les plaisanteries de fin de banquet, c’est plus fort que lui…

Reste ce brave Delanoë, à condition d’accepter que Paris devienne définitivement un gigantesque embouteillage, que ses avenues soient défigurées à vie par des éruptions de rond points, et que les dernières voies de circulation encore en état ne se transformant en billards à champignons et ne deviennent impraticables à jamais.

En Inde, la circulation est entravée par les vaches sacrées, à Paris, elle est soumise aux caprices des cyclistes. Si votre âge, votre santé ou simplement la longueur de vos déplacements ne vous permettent pas de faire le « service cycliste obligatoire », allez habiter ailleurs.

Quand je proclamais que je n’avais rien contre les pédales, ce n’était pas à celles-là que je faisais allusion…. A rouler en scooter dans Paris, on risque sa vie à chaque coin de rue à cause des cyclistes, qui ne se sentent pas concernés par le code de la route. Rien n'existe pour eux : feux rouges, sens interdits, rues piétonnes, trottoirs, tout leur est bon pour étaler leur révoltante impunité avec la dernière arrogance…

Il nous reste donc le choix entre la dictature des cyclistes et celle des homophobes. Choisis ton camp, camarade. Moi, c’est fait : j’habite en banlieue et j’y reste de plus en plus.

Et enfin, alors que la France découvre avec horreur qu'elle est le théâtre de prises d'ôtages avec demandes de rançon en voyant à la télé les méfaits du gang des barbares de Bagneux, un homosexuel a été trouvé étranglé à son domicile hier à Montrouge.

Nous, on n'a pas besoin que les dignitaires religieux nous incitent à tuer les homosexuels, nous avons des connards maison qui s'en chargent. Combien d'homos assassinés? On ne saura jamais, un sur cent doit avoir les "honneurs de la presse" et sont "comptabilisables", les autres se perdent dans la multitude des faits divers...

(E-llico news, Outrage, AFP…et….. Google, bien sûr….)




samedi 4 février 2006

17° Tel est pris qui croyait prendre….



Afin de trouver une sortie honorable et « républicaine » à tous les belligérants, on parle maintenant de porter en justice l'affaire de la publication des caricatures de Mahomet. D'après les auteurs de cette brillante idée, ce serait la meilleure façon de faire comprendre au monde musulman que la liberté d'expression est un des fleurons de notre république…

Ce serait trop beau ! Notre république n'est plus l'espace de liberté que l'on croit !

Le délit de blasphème a été rétabli et il fait maintenant jurisprudence.

Souvenons-nous que l'association « croyances et liberté », représentée par le président de la confédération des évêques de France a attaqué une campagne d'affichage des créateurs de mode Marithé et François Girbaud qui détournait le tableau de la Cène de Léonard de Vinci, (reproduit ici en petite taille à titre documentaire) et obtenu le 10 mars 2003 par une ordonnance de référé du tribunal de grande instance de Paris la suppression immédiate de cette campagne publicitaire.

Le vendredi 8 mars 2005, la cour d'appel de Paris a confirmé cette ordonnance de référé.

Pour ma part, je pense qu'un tribunal de la république était incompétent pour se prononcer sur une affaire de blasphème. Ceci dit, il l’a fait est confirmé en appel… La notion de blasphème a donc pris place en toute légalité dans l'espace français de liberté d'expression, et on ne voit plus très bien comment on va revenir en arrière…

Il sera donc très difficile à la justice de notre pays, après ce regrettable précédent, d'expliquer au monde musulman qu'il n'y a pas de quoi s'offusquer de quelques petites caricatures…..

La morale de cette histoire, qui n'est malheureusement pas une fable, est que l'intégrisme appelle l'intégrisme, que tel est pris qui croyait prendre, et la conséquence pratique en est que l'intégrisme catholique a déroulé le tapis à l'intégrisme musulman !

jeudi 2 février 2006




16° Caricatures !

La planète est en émoi. Passées inaperçues au moment de leur publication par un journal danois il y a plusieurs mois, et resurgies du néant maintenant que l’édition de ce journal est devenue papier d’emballage, des caricatures de Mahomet empoisonnent la diplomatie internationale.

Les intégristes semblent la trouver idéale pour soulever contre le monde moderne des foules encore plongées dans l’obscurantisme.

Menaces de mort, ruptures de relations diplomatiques, fermetures d’ambassades, boycott de denrées, manifestations brutales, cris de haine, l’échelle de l’escalade de la discorde paraît sans fin.

Pourtant, entre nous, les fameuses caricatures, que j’ai, comme tout le monde, vues sur internet n’offensent en rien ce ou celui qu’elles représentent. Elles ne sont ni injurieuses, ni obscènes, elle relèvent du simple trait de plume d’une caricature de presse ordinaire… Pour vouloir faire un incident avec cela, il faut vouloir faire un incident à n’importe quel prix et à n’importe quel prétexte…

Alors, les reproduire dans France Soir, c’est aussi vouloir faire aboyer le chien qui grogne…On aurait pu s’en passer et jouer l’apaisement, au lieu de nourrir bêtement une si sotte querelle.

Alors, bon. Je sais que la croyance musulmane interdit la reproduction du visage de l’homme, qui est à l’image de dieu…. Mais une religion qui se veut à vocation universelle ne ferait-elle pas mieux de se soucier de son image à elle ?

Y a-t-il pire caricature que celle de ces femmes réduites à un quasi esclavage, et qui ne répondent pas aux mêmes lois et à la même justice que leurs compagnons masculins ?

Y a-t-il pire caricature que ces décapitations au couteau de cuisine sadiquement exhibées sur internet ?

Y a-t-il pire caricature qu’une culture qui a juré la destruction d’une autre ?

Toutes les religions possèdent des bases morales qui structurent les civilisations. Ne progresseraient-elle pas mieux, puisque telle est leur vocation, en montrant leur meilleur aspect et leur potentialité positive au lieu d'exhiber un cortège d'abominations que tout un chacun perçoit comme un repoussoir?

.
La liberté religieuse ne peut passer que par le consentement universel. Il en va de cette religion comme des autres : nous ne sommes plus à l’époque du dogme et de la dictature, mais à celle de la science, de l’humanisme et de la raison.

Les religions de demain s’intègreront à la civilisation ou ne seront pas. Le monde de demain ne pourra être paisible, équitable et harmonieux que dans la séparation des églises et des états. Ce monde en a parfaitement conscience, et sa résistance est déjà commencée, même si un certain Bush s’y prend avec la pire maladresse.

Intégrons sans relâche les religions venues d’ailleurs, afin que leurs croyants puissent se reconnaître dans nos valeurs sans renoncer aux leurs. Contre le fondamentalisme, la lutte pacifique et sociale sera la plus efficace. Les intégrismes se nourrissent d’exclusion, et de l’obscurantisme qui en découle. Ne l’oublions pas. Et rappelons ce principe à un certain ministre des cultes qui prétend faire ses ablutions au karcher.


Intégrer l'autre, c'est ne jamais le mettre en position de choisir entre ses valeurs et les nôtres. Et cela vaut pour les deux "camps".