lundi 29 juin 2009

270° Gay Pride. Nos droits en voie de récupération?

.


La « Marche des Fiertés » 2009 a réuni samedi 700 000 personnes, et 200 000 selon la police.


Les commentaires les plus désobligeants contribuent à son succès: plus la police minimise le chiffre des participants, plus on imagine qu'elle est gênée d'avouer le vrai.


Et la rumeur qui court dans certains couloirs de l'Assemblée où aiment à se retrouver les députés homophobes, suivant laquelle il y aurait eu moitié « d'hétéros venus pour s'amuser » contient sa propre condamnation: s'ils sont venus, c'est qu'ils ont aimé.



...Couloirs de l'Assemblée où, en 2006, Jean Marc Nesme (UMP) avait trouvé 300 députés -dont 296 UMP- pour signer « l'entente parlementaire » contre l'homoparentalité. Certains ne pensent qu'à ça, le voilà qui recommence:


http://www.rue89.com/2009/03/12/la-petition-contre-les-parents-gays-de-retour-a-lassemblee


Il y en a vraiment qui voient plus de choses dans les rétroviseurs que par le pare-brise..


Remarquez, quand on imagine qu'il survit encore dans l'hémicycle seize députés (tous UMP) pour le rétablissement de la peine de mort, dont le médiathopathe Jacques Myard, qui se jette devant toutes les caméras pour donner son avis sur tout.... On imagine que l'homophobie militante a encore de beaux jours devant elle. La liste des nostalgiques de la guillotine ici:


http://www.plumedepresse.com/spip.php?article504



GayLib, protestant contre la contestation de sa présence à la Marche des Fiertés:


http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actus&articleID=19983

http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=20006


a bien du mal à achever sa démonstration. Ils ont beau disserter, concernant par exemple l'aggravation des peines encourues pour agression ou injures homophobes, il s'agit d'une loi à laquelle l'UMP s'était opposé en 2001 lorsque les socialistes (alors majoritaires) l'avaient votée. L'UMP n'a fait qu'alourdir l'aggravation en 2003 pour pouvoir en revendiquer maintenant la paternité, et ne semble pas trouver urgent d'en exiger l'application systématique devant les tribunaux. Les parquets font impunément ce qu'ils veulent, et les associations sont parfois obligées de manifester pour obtenir l'application de cette aggravation.


http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=17203&rubrique=actus

http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=16406&rubrique=actus

http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=172&rubrique=actus



A vouloir toujours faire le grand écart sur tous les sujets, l'UMP s'assure des lendemains difficiles, sa force tenant manifestement bien davantage au vide de l'opposition qu'à sa propre cohérence, et son incontrôlable expansion l'appellant chaque jour davantage à réunir des incompatibles.


Ainsi, transversalement au clivage chiraco-villepiniste s'ouvre maintenant une profonde crevasse qui sépare les tenants de la politique d'ouverture prônée par le petit Nicolas et les militants purs et durs qui voudraient bien récolter avant de mourir quelques fruits de l'arbre si longtemps cultivé.


Après les larmoyantes lamentations de Devedjian qui aurait aimé que « l'ouverture aille jusqu'au cœur de l'UMP », voilà le pas rigolo Claude Goasgen qui se fâche tout rouge contre les transfuges:


http://stoplouverture.com/?gclid=CJ_N_8D4npsCFaYA4wodeU3IpA


On avait déjà le « Casse-toi pauvre con », (attention, droits d'auteur) voici le « Casse-toi, t'es pas de ma bande ».



Pour revenir à notre Marche des Fiertés dont le thème résumé est « Nos libertés ne doivent pas être ni un dû ni une charité, mais un droit qui va de soi », elle est l'objet de tentatives de récupération de plus en plus nombreuses.


Il y a les chrétiens « inclusifs », dont voici l'adresse, je ne suis pas sectaire:


http://cci.blogspirit.com/


qui ont décidé de ratisser large pour remplir à nouveau leurs églises, et de cesser de flanquer tout le monde à la porte pour un oui ou un non. Les églises n'ont plus les moyens d'excommunier et les moins sottes adoptent une gestion de crise. Voici donc, après mille ans de bûchers, de procès de sorcellerie, de condamnations et de promesses d'enfer, les homos à nouveau bienvenus dans la maison de dieu. Enfin, dans certaines succursales.


Certes, les protestants proclament aujourd'hui: « C'est pas nous », mais ils ont tout de même eu quatre cents ans pour désapprouver les bûchers de Sodome, et ils ne l'ont pas fait.


On met aujourd'hui les petits plats dans les grands pour rattraper le temps perdu puisqu'en guise de communion, la cathédrale américaine de Paris offrait carrément un buffet à l'issue d'une cérémonie organisée samedi soir par le groupe Lambda. (groupe de réflexion théologique et de partage fraternel destiné aux gays, lesbiennes, à leurs familles et amis). J'ai le flyer qu'ils distribuaient dans le cortège!


Là où il leur reste à apprendre, c'est qu'on ne dit pas une messe spéciale gay avenue GeorgeV à 19 heures un soir de Gay Pride, même avec un buffet! Je ne suis pas sûr que même des officiants en string auraient détourné le peuple gay du concert de la Bastille et de la folle soirée du Marais.


Mais les mouches commencent à tourner autour du pot de confiture. Plus gênantes sont les mouches du « parti du respect »...


http://www.parti-du-respect.net/accueil.html


qui auraient voulu s'intégrer à la Marche des Fiertés, mais que l'Inter-lgbt n'a pas laissé faire (le site du parti explique que c'est à cause d'un différent à propos d'allocations familiales), -on aura très bientôt le détail des échauffourées-.


Du coup, ils ont tracté tous les réverbères du parcours d'une profession de foi titrée « Liberté Egalité Fraternité, où êtes vous passées ?», le tout barré d'un grand « censuré par l'Inter-LGBT ».


Leur site explique qu'un clivage « gauche - droite » ne permet pas la gestion d'une société, qu'il faut s'élever au dessus du terrain politique... et résumer tout le fonctionnement démocratique non plus à un débat, mais à un proverbe: « les droits de chacun vont jusqu'où commencent ceux du voisin ».


Bien sûr c'est vrai, mais ce ne serait valable que pour le pays de oui-oui où tout le monde serait juste et gentil...


Et comme ce n'est pas le cas, -loin de là-, ce serait la loi de la jungle, et on sait bien que la loi de la jungle dans les pays modernes, c'est la loi de l'argent.


De là à imaginer que derrière ces faux-candides se cachent des ultra-libéraux particulièrement populistes, il n'y a qu'un petit pas glissé que je franchirais bien volontiers...


C'est le genre de démarche que fit Jean Marc Fedida en tentant de récupérer l'écologie dans son livre « Impasses de Grenelle » publié en 2008 chez Ramsay. Dans les cent premières pages, il critique l'agitation écologique en dénonçant avec humour ses incohérences, -et c'est vrai qu'il y a de quoi dire-, puis estimant avoir conquis son public, l'entraîne dans une démonstration qui voudrait que seul l'ultra-libéralisme, par « l'équilibre naturel » qu'il procure, soit capable de résoudre les défis écologiques planétaires avec toute l'efficacité souhaitable.


Partant du principe que tout s'achète et que tout se vend, et du postulat que le profit serait le seul moteur possible d'une société humaine, ces messieurs ultra-libéraux tentent de s'approprier l'écologie par ci, la lutte contre l'homophobie par là, et essaient de faire de l'entrisme dans les mouvements revendicatifs en adoptant des causes dont ils se foutent éperdument pour présenter leur système comme une panacée universelle.


Et d'ailleurs, « l'ouverture » du gouvernement Sarkozy, tentant à effacer le clivage gauche-droite, à brouiller les cartes et à monopoliser le terrain politique au profit d'un parti fonctionnant en « mode moissonneuse », phagocytant et avalant tout sur son passage, ne résulte-t-elle pas de ce même calcul?


Les OPA que les « chrétiens inclusifs » tentent de faire sur le terrain religieux, Fédida sur l'écologie, le parti du respect et Gaylib sur le terrain des droits des gays et l'UMP sur l'échiquier politique en général ne seraient que des tentacules d'un poulpe central, les émanations d'un big brother, les calculs machiavéliques de l'architecte de la fourmilière?


Bien sûr le débat politique a sa place, plus que jamais...


Connaît-on des tyrans et des dictateurs qui ne déclarent pas agir pour le plus grand bien de leur peuple et de leur pays?


Soyons prudent, et examinons bien les motivations réelles et profondes de ceux qui nous veulent tant de bien. Ne nous laissons pas déposséder de nos luttes. Qui a de meilleures raison qu'un gay pour lutter contre l'homophobie?



Tiens, sans trop changer de sujet, le projet Loppsi2 qui va sodomiser l'internet français pendant les vacances prend forme, et prétend maintenant s'étendre au contrôle des emails et « communications électroniques diverses »... Pour notre plus grand bien.




.

Aucun commentaire: