vendredi 10 novembre 2006



69° Shortbus,

Un film indispensable..

C'est sans aucun doute un signe du destin si l'article que je veux consacrer au film SHORTBUS est affublé du numéro 69. J’aime les symboles.

Shortbus est un film dont on reparlera, pour de nombreuses raisons. D'abord, il ressemble furieusement au film que j'aurais aimé faire. Ceux qui ont connu mes livres de jeunesse (tous épuisés, inutile d'en réclamer...) se souviennent peut-être d'un chapitre de « la Philosophie dans le Foutoir » que j'avais consacré à ce que j'appelais « la guerre des mondes ». Je m'explique :

Aussi bien dans la littérature que dans le cinéma, il y a d'un côté l'univers des passions, des gens qui s'aiment, -- et qui vont jusqu'à s'entre-tuer pour ça --, et dans cet univers là, on peut aller jusqu’à montrer les meurtres et les mettre en scène, et même bâtir son intrigue dessus et livrer le tout au grand public, et de l'autre côté de la frontière les gens qui font l'amour, c'est-à-dire les mêmes à un autre instant de leur histoire, mais cela, il n'est pas question de le montrer, sinon dans un "monde à part"!!!.

.Quelles sont les conséquences de ce « mur de la honte » version artistique? Simples et dramatiques : l'acte sexuel, la recherche du plaisir sont complètement déconnectés du relationnel dont ils ne devraient être que la simple expression. Il faut changer d'univers, montrer son passeport à la frontière et voyager dans un autre monde, pour passer de l'instant où l'on dit « je t'aime » à l’instant suivant, auquel on passe... aux actes.

Ce sont les mêmes gens, qui vivent la même histoire, mais il faut faire deux films différents pour tout raconter. Changer de film et de cinéma quand on entre dans la chambre. Ou alors, il faut consommer le plaisir sous la couverture, avec la lumière éteinte et les rideaux tirés, ou le suggérer avec des grincements de sommier, ou user de tout artifice possible qui fait que l'acte de chair est discriminé, exclu du monde normal, caché comme une chose honteuse, éludé, ce qui contribue à éloigner de sa place dans la nature la perception que peut en avoir l'opinion publique, et à renforcer une culture pudibonde que l'homme compense dans la violence.

Comment montrer dans un film des gens qui s'aiment, suivre leur journée du matin au soir en passant de la salle de bains au lit, c'est-à-dire dans des attitudes où se trouvent quotidiennement chacun des spectateurs, sachant que les scènes où ils sont vêtus sont projetées dans des cinémas à 7 % de TVA, et celles où ils se donnent du plaisir dans des salles à 33 %?

.
Il fallait oser faire un film qui intègre la nudité et le plaisir de façon si naturelle que les censeurs eux-mêmes ne sauraient pas à quel endroit ils doivent poser leurs bornes imbéciles. Il fallait d'abord en prendre le risque, le risque financier. Il fallait ensuite trouver les acteurs capables de le faire, le scénariste capable de le concevoir et de l'écrire, et monter l'oeuvre comme un ensemble indissociable de vie quotidienne, en montrant des gens dans lesquelles tout un chacun puisse se reconnaître sans tomber dans aucun lieu commun.... Autrement dit la quadrature du cercle....

La voilà admirablement réalisée. Dans Shortbus, il n'y a plus ni homos ni hétéros, ni jeunes ni vieux, ni obsédés ni pudibonds, mais au contraire l'enrichissement mutuel de tous ces gens-là par une confrontation respectueuse et tolérante, par un échange fructueux et épanouissant, par une remise en cause libératoire, une juxtaposition ludique de toutes les recherches dans cette espèce de « lieu idéal », le Shortbus, un étrange bar branché où une population new-yorkaise déboussolée et assommée par le 11 septembre vient se retrouver, toutes barrières sociales confondues, pour essayer de « reconstruire autrement ».

Certes, nous avons déjà là affaire à une élite. Car après le 11 septembre, Bush et ses admirateurs, eux, voulaient reconstruire pareil, plus obstiné, plus bétonné, plus pudibond et ringard encore... Mais d'autres se disaient que pareil échec obligeait à une remise en question dans tous les domaines, à la révision des normes sociales, à une autre approche d'autrui, une autre morale sociale basée sur l'écoute et la main tendue, à une autre manière de tisser la société.

.
Il y a bien là une nostalgie des années 70, de la période hippie, une résurgence du « Peace and Love » que ne manqueront pas de relever les détracteurs du film. Ils oublieront de dire que ce n'est pas parce qu'une idée est passée de mode qu'il faut la ranger au chapitre des échecs. Le mouvement hippie s'est heurté à un mur, une coalition, un retour de manivelle de spiritualité dogmatique (autant dire de non-spiritualité), d'intérêts financiers, et de valeurs ancestrales promues au rang de rempart contre l'inconnu par ceux qui n'osent pas se remettre en question.

Le mouvement hippie a été rejeté par ceux pour qui le doute n'est pas une vertu, par ceux qui préfèrent se laisser gouverner par le passé et par les morts, par des écritures millénaires adaptées à l'époque où elles ont été produites, et interprétées pendant des siècles de la manière la plus restrictive qui soit. Il a été broyé par la machine économique qui est le moteur de la censure, dans son espoir grotesque et vain de récupérer dans la productivité l’énergie dont elle a interdit la dépense dans le plaisir.

Or Shortbus, s'il trouve effectivement ses sources dans le mouvement hippie, présente par contre un système qui a évolué, qui a su s'adapter, qui ne conteste plus la société moderne mais la prend en compte, qui s'intègre au 21e siècle, qui ne condamne rien mais au contraire ouvre des portes, révèle de nouvelles voies, est porteur d'avenir et de développement, d'émancipation et d'épanouissement.

.
Cela permet aux spectateurs émerveillés de voir se dérouler un film où tout le monde est quasiment à poil du début jusqu'à la fin sans que cela ne soit jamais ni impudique, ni vulgaire, ni grossier, ni même... érotique! Ceux qui s'y aventureraient dans l'espoir d'une érection furtive, d'un petit orgasme à bon compte épongé sur les coussins du cinéma en seront pour leurs frais. L’érotisme n’est partagé que par les gens que l’on voit s’aimer sur l’écran, et le spectateur assiste à l’épanouissement de passions dont tous les ingrédients restent indissociables.

On n'y voit que de la vie quotidienne et de l'émotion, avec un brin d'utopie qui fait la magie du cinéma. Les hétéros retrouveront leurs sentiments intacts dans l'amour d'un couple gai, les homos revivront leurs petites frustrations exigeantes dans la quête éperdue de cette femme sexologue qui peine tant à trouver l'orgasme, et les esthètes verseront une larme d'émotion au spectacle de ce vieillard et de ce jeune homme qui tombent dans les bras l'un de l'autre. On y présente enfin les recherches que chacun peut faire dans l’approche de son plaisir absolu comme un comportement normal, c’est peu mais c’est beaucoup…

Alors ne vous laissez pas déboussoler par les publicités tapageuses et racoleuses que le distributeur a cru devoir donner à cette oeuvre. Ce n'est pas un produit de marketing dont il s'agit mais bel et bien d'une oeuvre cinématographique innovante, d'un film charnière. De même qu'un jour est tombé le mur de Berlin, et comme je l'espère tomberont bientôt d'autres murs, Shortbus est le film qui a abattu le mur entre le porno et le reste du cinéma.

Car il fallait bien réussir un jour à donner un sens à l'acte sexuel. Il fallait un jour cesser de voir des gestes répétitifs et mécaniques de bites s’engouffrant dans différents orifices, déchargeant ostensiblement leur sperme sur des ventres ou des dos où cette précieuse liqueur n'a rien à foutre, -- c'est le cas de le dire ! --, il fallait d'urgence remettre tout cela à sa place, le réintégrer dans ce contexte affectif d'où ça n'aurait jamais dû sortir, voilà qui est fait !

En séparant l'acte de chair de son contexte sentimental, les censeurs créaient un fossé qui pour leur plus grande joie, allait en s'élargissant. Le sexe devenait de plus en plus une chose indépendante et isolée, dissociée de ses racines et de son sens, une activité marginalisée et vidée de sa signification, et aussi l'objet d'une industrie sur les produits de laquelle même les plus pudibonds n'avaient pas forcément d’états d'âme.. On se souvient de Louis Pauwels, chroniqueur catho au Figaro, refusé deux fois à l’Académie Française en 1984 et 89, mais membre « libre » de l’académie des Beaux Arts, grand ennemi de la libération sexuelle, qui parlait de la modernité de la jeunesse comme d’un « sida mental » en 1987 alors que, comme le Canard Enchaîné de l’époque nous l’avait appris, il percevait sans tousser les loyers du cinéma Vivienne, salle pornographique homo qui occupait le rez de chaussée de l’immeuble de la rue du même nom dont il était propriétaire. (L’expression « sida mental » a été reprise depuis par Bruno Gollnish le 28 août 2005 à Bordeaux pour qualifier l’antiracisme, mais ce n’est qu’un vulgaire plagiat. Rendons à César…)

.
Shortbus est un camouflet infligé aux censeurs qui d'un seul geste, entretiennent l'autocensure, brident les libertés individuelles et touchent les dividendes de la ségrégation qu'ils ont provoquée.

Le cinéma attendait la réunification du pays merveilleux du relationnel, dans lequel doivent cohabiter l’acte de chair, les sentiments et les passions. Toute cette belle famille avait été séparée, désunie par les guerres de religions. La voilà enfin à nouveau réunie. Faisons en sorte que cela dure.

Allez donc voir Shortbus, d'abord parce que c'est un film remarquable, innovant, que vous y prendrez beaucoup de plaisir, un vrai plaisir artistique et cinématographique, est aussi parce qu'il faut absolument qu'il marche, qu'il remplisse les salles, afin de ne pas rester une oeuvre isolée, mais de constituer une pierre fondatrice du nouveau cinéma que nous attendons tous. A poil, camarades!



photos BAC FILMS





mercredi 8 novembre 2006








68° Sale temps pour les homophobes.




Après les ennuis de Monsieur Anatrella – (art. n°66) et le retour masqué de Christine Boutin travestie en petite sœur des pauvres (6
7), c’est aux Etats-Unis que les tantes méchantes passent de mauvais quarts d’heure.

Il est vrai que depuis ce matin, les bonnes nouvelles affluent du grand bazar outre-atlantique. Bush a perdu sa majorité au Sénat et est en passe de la perdre à la chambre des représentants. Certes, la guerre en Irak est la principale cause de cette désaffection du public pour son va-t-en-guerre préféré, mais la succession de scandales sexuels auxquels les églises américaines ont du faire face depuis quelques années a certainement contribué à effaroucher l’électorat pudibond du simplet de la maison blanche.
.
Or on connaît le mécanisme réactionnaire qu’emploient les républicains pour faire venir à eux les culs-bénits de l’Amérique profonde : lutte contre l’avortement, contre le mariage gay et contre toute forme de disposition fiscale appropriée, soutien des ligues pour la virginité jusqu’au mariage, et même obligation de l’enseignement du créationnisme (*) jusqu’à l’université.

(* créationisme : théorie de la création du monde en 7 jours suivant la bible, réfutant toute théorie évolutionniste de type Darwinien).

C’est dire que la multiplication des scandales
sexuels dans le clergé n’a pas aidé les républicains à rassurer cette Amérique profonde qui semble ne pouvoir vivre qu’en serrant les fesses.

Pourtant, les associations pour l’abstinence jusqu’
au mariage y sont nombreuses et subventionnées par le gouvernement républicain et combattues par les démocrates :
Abstinence Clearinghouse
http://www.abstinence.net
Pink Abstinence card, etc..

Les gouvernements républicains de certains états y subventionnent également sous couvert d’éducation sexuelle, des revues à vocation pédagogique, voire médicale, qui sont en réalité de virulents vecteurs d’homophobie :
http://nsrc.sfsu.edu/HTMLArticle.cfm?Article=164&PageID=51

Du coup, on a même vu un conducteur de b
us de Minneapolis refuser de conduire son véhicule parce qu’il portait une publicité pour le « Lavender Magazine », un magazine local branché qui affiche sur les bus depuis un an, mais avait fait ce jour là une couverture un peu trop métrosexuelle à son goût !


Or voilà maintenant que des « scandales homosexuels » émaillent le monde politique. Scandales à l’Américaine, car
il semble que l’âge des « adolescents » jouisseurs, qui sont tous carrément adultes les exclut de toute qualification pédophile, encore qu’il existe de nombreux américains qui prétendent que toute relation sexuelle avant le mariage est une atteinte à la pureté des enfants !

Il y a quelque temps, le pauvre Mark Foley, un parlementaire républicain engagé contre l’exploitation des enfants a dû démissionner parce qu’il avait échangé des emails de texte sans images avec un garçon à partir de ses seize ans. C’est la nouvelle définition de l’attentat à la pudeur outre-atlantique : il n’y a plus besoin de se voir, s’écrire est un acte coupable. Les tourtereaux ont pourtant platoniquement attendu cinq ans avant de se rencontrer et de consommer leur dévorante passion. « La victime » était âgée de 21 ans lorsque la chose a enfin eu lieu !!! C’en est trop pour le puritanisme américain : on ne saurait être sénateur républicain et avoir une vie privée autre que bon père de famille.

Mais le clou du spectacle est l’imparable accusation qui vient de s’abattre sur le pasteur Ted Haggard, Président le l’Association Evangélique Nationale (NAE)

Ted Haggard était un responsable évangélique important, et la NAE une organisation chrétienne ultra-conservatrice qui a beaucoup milité pour la victoire du président Bush en 2004. En 20
05, le magazine Time classait ce pasteur parmi les 25 plus influents leaders évangéliques. Son église revendique 30 millions de membres dans le pays.

Voilà tout ce qui reste du site du bonhomme, qui était un brûlot anti-gay et anti tout, d’ailleurs.

Ted Haggard était un militant homop
hobe très actif, si actif qu’un certain Mike Jones, prostitué homosexuel de …49 ans , (j’ai bien écrit 49 ans, ce n’est pas une faute de frappe !!) qui ne s’intéressait pourtant pas à la politique a fini par le reconnaître comme un de ses clients alors qu’il apparaissait à la télévision dans une diatribe hypermoraliste et violement homophobe.

Ecoeuré par tant de mauvaise foi, celui
que les médias américains appellent « le jeune homme » est allé s’ouvrir à une association militante qui n’a pas hésité à outer l’écclésiastique pour le mettre hors d’état de nuire.

Encore un qui pensait, comme Himmler et Anatrella, qu’il détournerait les soupçons de sa personne en militant contre ses semblables.

Alors, avis à tous nos amis travailleurs du sexe ; dont je rappelle le site en tous points remarquable, dont la photo ci-contre est extraite :

http://www.lesputes.org/


Amis putes, visitez d’urgence la page suivante :

http://v2.e-llico.com/article.htm?articleID=13829&rubrique=dossiers

et vérifiez bien si aucun des individus qui y sont représentés ne figure dans votre clientèle….

Cela ferait bien avancer le schmilblick de notre communauté..




dimanche 5 novembre 2006




67° Celle que vous croyez….

Cette semaine, Christine Boutin est sur toutes les télés. Pourtant, elle se défend bien haut de confondre « com » et politique, mais elle a quelque chose à vendre. Un livre édité aux éditions First, « Je ne suis pas celle que vous croyez »..

.
Hier soir, invitée de Laurent Ruquier à « On n’est pas couchés » sur A2, elle a tenté de faire bonne figure dans une émission placée d’emblée sous le signe du déjanté par sa surréaliste voisine de table, Brigitte Fontaine, qui ne cessait d’errer dans le studio avec des allures d’ectoplasme pour aller fumer des trucs qui font rire dans les coulisses, et d’interrompre le débat par des réflexions d’un surprenant à propos, démontrant si besoin était qu’il ne faut pas juger les gens sur les apparences.

Mais à y voir de plus, près, on aurait été bien imprudent de juger également Christine Boutin sur ses apparences, et c’est Michel Polak qui, le premier, a mis le doigt sur cette évidence.

Un petit film nous rappelle brièvement la Boutin qui s’était rendue célèbre par ses manifestations de bigote martyrisée lors du débat sur le PACS, pour enchaîner rapidement sur une dame « qui s’est remise en question », qui s’est relookée (sans faire de « com », bien sûr, juste comme ça…), et que l’on voit essayer des robes dans un magasin de luxe, puis que l’on entend pérorer dans son nouveau rôle de dame patronnesse.

Pourtant, tout sonne faux dans ce ravalement de façade, et notre bon vieux Polak commence donc à défricher, sous les regards timorés d’un Eric Zemmour, qui n’en pense sans doute pas moins, mais tente d’arrondir les angles pour ne pas perdre sa bonne place de journaliste au Figaro.

.
Madame, avance donc Michel Polak, si vous aviez vraiment voulu vous remettre en question, vous auriez intitulé votre livre « Je ne suis pas celle que je croyais » et non pas « celle que vous croyez ». Blanc dans l’émission, que même Ruquier n’arrive pas à combler.

Tentative de réponse de l’intéressée qui préfère finalement détourner la conversation en l’amenant sur la pauvreté du peuple français laborieux auquel elle espère remédier par l’octroi d’un « dividende universel » de 330e par mois qui serait alloué à chaque français sans considération de ressources. A peine Bruno Gaccio essaie-t-il de lui expliquer qu’il vaudrait mieux donner 660€ aux pauvres, ce qui s’appelle le RMI, que 330 à tout le monde, que la députée des Yvelines argue de sa compétence acquise « en matière familiale » pour dire ce qui est bon pour les français et ce qui ne l’est pas. Ne travaille-t-elle pas sur le sujet depuis près de trente ans ?

Trente ans, certes oui, lui répond Polak ! Mais où y travaillez-vous ? Vous être membre du Conseil pontifical de la famille du Vatican. Mais puisque vous nous présentez le Vatican comme un état, allez donc appliquer les élucubrations des conseils de cet état là-bas, et occupez vous de faire voter des lois au Vatican ! En France, il y a depuis belle lurette séparation de l’église et de l’état, et des lois conçues et pensées sous l’égide de principes religieux ne sauraient être reconnues dans un pays laïque !

L’assistance abonde et fait observer que dans tous les états qui mélangent la république et la religion, les minorités sont persécutées, le droit des femmes escamoté et la liberté de pensée au mieux en garde à vue..

L’invitée Boutin se lance alors dans une longue diatribe sur l’absence de « volet social » dans le programme de l’UMP qu’elle entend infléchir à ses vues, dont elle s’affirme une « filiale » à la tête de son micro-parti, et expose son programme pour le partage des richesses et l’équité devant certains droits comme le droit au logement. On croit un instant entendre Marie-Georges Buffet…

De guerre lasse, Ruquier fait prendre à son émission un virage sur l’aile et la remplace par Bruno Gaccio sur la sellette des invités. On reste sur sa faim… On a ouvert la chasse mais pas donné l’hallali.

Car enfin, l’équité de madame Boutin s’arrête-t-elle donc aux portes de l’église ? Donner aux gays les mêmes droits qu’aux hétéros, si ce n’est pas aussi de l’équité, c’est quoi ?

Elle déclare bien que dans son programme de refus du « PACS » en 99, il y avait des mesures pour « aménager les problèmes d’héritage et les prises en charges sociales des couples gays », mais d’une part – dommage qu’on n’en entende parler que sept ans plus tard, et d’autre part – les petites dérogations sous formes d’alinéas dans une loi ne sont pas de vraies mesures équitables, mais des « niches » qu’un nouveau gouvernement peut rayer d’un coup de plume, et qui, par leur caractère dérogatoire, ne font que renforcer la marginalité de leurs bénéficiaires…

La véritable équité, c’est la même loi pour tout le monde, le droit commun, et cela, madame Boutin ne veut toujours pas, mais après relookage, en entendre parler.

S’imagine-t-elle que tous les gays vont convoler en « justes noces » ? Quelle dérision !. Moins de 10% le feront d’abord parce que le mariage ne correspond pas à l’image que la plupart d’entre eux ont de leur mode de vie, et ensuite parce qu’observée à l’épreuve des hétéros, la formule ne ressemble ni à une réussite ni à une panacée, et n’a vraiment rien de tentant !!!

La revendication du mariage gay et de l’adoption ne m’apparaissent que comme d’indispensables points d’égalité républicaine, d’égalité de tous les citoyens devant la loi. Chacun en fera ce qu’il voudra, mais les bigots qui déclarent que cela va changer la société me font bien rigoler.

.
Remake de l’émission dès le lendemain midi sur Canal + dans le Dimanche + de Laurence Ferrari. Mais là, Christine Boutin s’en est sortie à meilleure compte parce que, malgré le remake d’un petit sujet sur sa vie et son œuvre à peu près semblable à celui de la veille, elle a affaire à une Laurence Ferrari qui n’a pas le talent de présentateur ni de journaliste du tandem Ruquier - Polak.

Laurence Ferrari prépare ses émissions comme un conducteur de train. Entre le départ et l’arrivée, ça doit rouler sur des rails. Son truc n’est pas de construire un débat avec son invité, mais de lui faire dire à tout prix un truc qu’elle a en tête, et qu’elle a si possible convenu à l’avance avec lui. La moindre improvisation est pour elle une dangereuse incursion dans un inconnu hostile, et elle n’a de cesse de ramener la conversation à la lettre du script.

Le mois dernier, elle était furieuse après Jack Lang qui s’était fait inviter en lui promettant de révéler à sa table sa candidature à la candidature socialiste, et ne l’avait finalement pas fait… Comment voulez-vous faire de l’audimat avec des invités qui ne tiennent pas leurs promesses ?

Mais c’est justement ça le journalisme, madame Ferrari ! Sinon, faites des variétés ! Il y aura moins d'imprévu! Ne me dites pas qu’avec un monsieur comme Jack Lang, on ne peut pas faire une émission intéressante avec un débat à bâtons rompus !! S’il faut préparer les questions et les réponses, ce n’est plus du journalisme, c’est quelque chose entre la propagande et le people…

Encore que… J’ai appris avec plaisir que l’audimat de Bataille et Fontaine était en chute libre au point que l’existence de leur purulente émission était menacée… Ce qui prouve qu’une préparation minutieuse ne suffit pas à faire une bonne émission quand on n’a rien d’intéressant à dire.

.Donc, pour en revenir à notre Boutin, elle a perdu beaucoup moins de plumes à Dimanche +, grâce au cadre étriqué de l’émission qui ne l’a pas obligée à s’aventurer sur des terrains glissants.

Et en résumé, derrière le relookage de Christine Boutin, il y a toujours le conseil pontifical pour la famille, la morale catho de grand’maman à peine expurgée des bûchers, et l’équité à géométrie variable qui n’étend ses bienfaits qu’aux bénéficiaires dont la liste figure dans l’évangile.

Elle se voudrait « un caillou dans la chaussure de Sarkozy », ce qui ne nous fait ni chaud ni froid, mais elle risque malheureusement davantage d’être une pierre dans le jardin de toute une communauté qui ne demande, - au titre de l’équité - , qu’à se fondre dans le reste de la nation et voudrait bien cesser de n’exister qu’à travers des dérogations.