samedi 4 novembre 2017

557° Chanoines, république et laïcité.







Macron accepte le titre de Chanoine de Latran.


Soucieux de s’attirer les bonnes grâces de l’église vaticane, et de légitimer le « droit divin » dont elle se prétendait investie, la royauté française a toujours chouchouté l’institution catholique romaine.

C’est ainsi qu’en 1482, Louis XI avait accordé au chapitre  de Latran des droits sur l’abbaye de Clairac, en Aquitaine. Des droits chanoineaux sur une abbaye, c’est une façon déguisée d’accorder une rente : les grandes abbayes royales avaient un statut quasiment seigneurial sur leur région et percevaient impôts et bénéfices sur les productions agricoles et artisanales locales.

En signe de reconnaissance, depuis ce temps béni, le chef de l’état français était, sitôt désigné, officiellement reconnu comme « chanoine de Latran ». Un échange de bons procédés qui permettait aussi à l’église vaticane de poser une sainte pantoufle dans les allées du pouvoir.

C’est alors une escalade d’amabilités : le chapitre de Latran érige une statue d’Henri IV dans la basilique, et en 1729, Louis XV augmente les revenus de l’abbaye de Clairac et les complète de ceux d’un prieuré voisin créé pour la circonstance.

Suivant la personnalité des chefs d’état, le procédé a plus ou moins fonctionné. Tous les rois l’ont accepté, jusqu’à faire entrer dans les habitudes cette détestable expression suivant laquelle « La France serait la fille aînée de l’église ».

A partir de la Révolution, plus aucun chef de l’état n’a accepté de brandir le goupillon, jusqu’à René Coty. Il avait de qui tenir, le brave Coty, puisqu’en tant que sénateur, il avait en 1940 voté les pleins pouvoir à Pétain, ce qui ne l’a pas empêché, après la guerre, de succéder à Vincent Auriol et de finir une carrière politique couvert d’honneurs et de reconnaissance. Pour ses bons services, il fut même élu après son mandat membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

Dans l’histoire récente , les subtilités de la diplomatie ont compliqué le processus : on a coupé la poire en deux et fait la différence entre « accepter le titre » et « aller à Rome s’asseoir symboliquement dans la stalle du chapitre de Latran ».

Charles de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac ont fait la totale : accepter le titre et aller siéger à une tenue du chapitre du Latran. Georges Pompidou et François Mitterrand ont accepté le titre, mais ne sont pas allé à Rome.


Nicolas Sarkozy….

Ah. Celui-là…



Il faut savoir que ceux de ses prédécesseurs qui sont allés à Rome l’ont fait discrètement.

Nicolas Sarkozy a fait du Sarkozy. Non seulement il a accepté le titre et la cérémonie romaine, mais il a demandé que ladite cérémonie soit agrémentée d’un faste inhabituel, et qu’il puisse y prononcer un discours officiel qui, pour la première fois, serait télévisé.

Et son discours a été une gifle à la face de la République… C’est là qu’on l’a entendu confirmer les racines chrétiennes de la France et faire un éloge de la foi qu’il présente comme un pilier de la conviction… républicaine !

On l’entend même proférer cette insulte suprême à la laïcité :

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ».

François Hollande, lui, accepte le titre en précisant bien « par tradition », mais se garde bien d’aller se montrer à Rome et de prendre voix au chapitre.







Et Macron ?


Sollicité par les voix chapitrales et romaines, Emmanuel Macron répond qu’il
accepte le titre de chanoine de Latran, mais il ne dit pas encore très clairement s’il ira à Rome ou pas.
Certains journaux (le Figaro, le Point) écrivent qu’il hésite, d’autres (La Croix, Familles Chrétiennes) le voient déjà officiellement installé dans la stalle romaine.

Il pourrait opter pour la solution de « ne pas le faire exprès ». Il y a déjà un moment qu’Emmanuel Macron a déclaré souhaiter rencontrer le pape. La date et les conditions de cette entrevue n’ont pas encore été décidées, mais ce pourrait être « à l’occasion » d’une visite à Rome que le méprisant de la république pourrait « au passage » aller poser son séant dans la stalle capitulaire qui lui est réservée.


Pour être « valable », cette cérémonie doit avoir lieu en décembre, qui est l’anniversaire traditionnel de la dévolution du siège du chapitre au pouvoir français.
Si l’onction n’avait pas lieu en décembre, Jupiter pourrait argumenter de ce décalage calendaire un « caractère symbolique et traditionnel » qui atténuerait le caractère de soumission que contient le protocole..

Attendons pour voir. Après avoir essayé d’être de droite et de gauche, il est bien capable de vouloir être à la fois laïc et cul-bénit.






dimanche 22 octobre 2017

556° Les porcs volent bas cette semaine…






Avec internet et les réseaux sociaux, le privilège de s’adresser aux foules n’est plus réservé à une « élite » de communicants.

Tout un chacun peut maintenant propager urbi et orbi des considérations qui jusque là, ne dépassaient pas le comptoir du bistrot du coin. Ce qui compte, ce n’est plus la valeur du message, mais son aptitude à hameçonner des foules qui errent avec l’ignorance grande ouverte prête à gober n’importe quoi. La qualité de ces appâts, leur aptitude à capturer des pêches fructueuses de gogos a un nom : le buzz.

Hormis la permanente tentation offerte aux esprits faibles de prioriser des broutilles au détriment des sujets importants et d’adopter des élucubrations populistes à la place des solutions réalistes, cette recherche du sensationnel a une fâcheuse tendance à noyer les vrais problèmes dans le flot d’information.


 
Cette rapide circulation des données a donc à la fois des avantages et des inconvénients.
Elle a l’avantage de permettre à de grandes causes justes d’apparaître enfin sur le forum international.
Les sujets sont légion : scandales écologiques, abus de pouvoir des dictateurs, abus de pouvoir des multinationales, publicités mensongères, détournement des lois et des fonds publics, oppression et discriminations de minorités.

Elle a l’inconvénient de donner un auditoire planétaire à n’importe quel illuminé qui, au bon vieux temps, ne propageait pas ses insanies au-delà du bistrot de sa rue.

Et on sait que les bonnes choses doivent être consommées avec modération.
 Ainsi, cette affaire Weinstein, ce producteur hollywoodien accusé par de nombreuses femmes d’avoir abusé de son autorité pour s’octroyer leurs faveurs sexuelles.

On ne peut que se satisfaire de voir enfin sauter le couvercle-étouffoir de la pression sociale qui empêche depuis si longtemps les femmes de dénoncer les abus dont elles sont victimes.

Il y a un moment déjà que ce couvercle tremblait, poussé par la révolte. La révélation au grand jour des harcèlements de rue et des quartiers interdits aux femmes qui agite les médias européens laissait présager le sursaut auquel on assiste. La dénonciation de ces pratiques, si elle participe à une restauration de l’égalité des sexes, ne peut être que salutaire.

Alors voilà, c’est fait. L’affaire d’Hollywood ouvre une brèche dans l’odieuse bienséance, l’abus de pouvoir et le machisme. (J’avais écrit « machisme déplacé », mais c’est un pléonasme, non?)

D’autres victimes accusent d’autres agresseurs. Internet fait le reste. De nombreux vilains messieurs doivent sentir leurs attributs se recroqueviller dans leur emballage dans la crainte de révélations susceptibles de briser leur vie et leur carrière.

Or il faut quand même constater qu’en brisant la vie et la carrière d’un gros con, on brise aussi sa famille, la vie de sa femme et de ses enfants qui eux, sont innocents…

Et par ailleurs, il faut se douter que ce genre d’accusation va maintenant être employé à tort et à outrance dans tous les règlements de comptes… Le site « balance ton porc » ne servira-t-il qu’à balancer des porcs ?


Les esprits sans scrupules n’y verront-ils pas une occasion rêvée de se débarrasser d’un gêneur ?

Les exemples de détournement de lois protectrices ne manquent pas.
Les avocats vous diront volontiers que des accusations de pédophilie et d’inceste sont portées dans 15 % des affaires de divorce, mais qu’elles ne s’avèrent justifiées que dans 0,5 % des cas.

Les homophobes accusent volontiers les homosexuels de pédophilie, notamment lorsqu’ils prétendent s’opposer au mariage pour tous.
Même accusation lorsque ces mêmes homophobes prétendent dénier aux homosexuels le doit d’être enseignant.
Or les chiffres officiels de la police et de la justice s’accordent à dire que 91 % des affaires de pédophilie sont « hétérosexuelles ».
En vertu de quoi un parent ou un enseignant hétérosexuel serait-il « délivré de la tentation pédophile » plus qu’un enseignant homosexuel ?

Combien de conflits de voisinage, de conflits professionnels, d’affaires de familles vont se régler sur « balance ton porc » ?

Est-ce une raison pour renoncer à toute dénonciation ? Des esprits chagrins se sont empressés de faire des rapprochements avec les précédents de la « dénonciation » dans l’histoire, qui ne sont pas vraiment glorieux…Sachant dans ces périodes troubles, on a assisté aux mêmes débordements et aux mêmes règlements de comptes…..

Il va falloir gérer tout cela et ça ne va pas être simple, d’autant plus que la presque totalité des accusés de « balance ton porc » réagissent avec une plainte pour diffamation…

N’attendez pas de moi une réponse ; je me contente de poser le problème dans toute son acuité et de le regarder avec un « grand angle »…


© AFP
L’un des derniers avatars de cette dénonciation collective est la mise en cause de Tariq Ramadan, que je mentionnerai en laissant aux autres le soin de la commenter.

Il est vrai que voir un moraliste empêtré dans ce genre d’histoire réjouit plutôt les défenseurs d’un monde libertaire et laïque...
Nordpresse.be, le site satirique, publie une désinformation d’où il ressort que l’intéressé ne se sentirait pas atteint par l’accusation de viol « conforme à l’islam », mais par l’amalgame du violeur avec un porc…

D’autres sites et tweets laissent entendre qu’avec son double langage, il doit avoir deux langues qui devraient lui permettre de réjouir les femmes sans avoir besoin de les violer…

Sans réaction à ce jour de la part de l’intéressé, on attend pour voir ce qui va se passer.

Sur un autre sujet, s’il était besoin de démontrer avant qu'elle ne prenne sa retraite que Christine Boutin était vraiment homophobe, elle vient de le faire elle-même dans une récente déclaration.

Habituée des vérités tronquées et des vues partielles et partiales, incapable comme toujours d’appréhender les problèmes dans leur globalité, elle ne voit dans « balance ton porc » qu’un « dégueulis d’accusations » qui vont ««abîmer profondément les relations entre les hommes et les femmes»
  

Pour elle, il semble que quelques mains au panier, même sous la contrainte, ne nuisent pas aux bonnes relations sociales, et que les femmes devraient l’accepter comme un compliment.

«La grivoiserie fait partie de l’identité française et j’aime bien la grivoiserie», a-t-elle affirmé.
Les homosexuels n’avaient pas remarqué.
Et les hétéros, je ne sais pas, mais permettez moi de douter…

« Les débats actuels me passent par dessus la tête » a-t-elle même ajouté.
Ce ne sont pas les premiers…
Rappelons que pour avoir dit que « l’homosexualité est une abomination », Christine Boutin a été condamnée en appel le 2 novembre 2016 à verser 5 000 euros d’amende pour incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle, ainsi que 5 000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations parties civiles : l’Inter-LGBT, Mousse et le Refuge.







mardi 19 septembre 2017

555° Retraites : Comment on trompe l’opinion publique.






Les retraités se plaignant à juste titre d’être frappés sans compensation par une CSG supplémentaire, le nouveau pouvoir se livre à une très habile manipulation médiatique. Une de plus.

Après avoir laissé enfler la bronca, -juste un peu mais pas trop-, nos communicants « officiels » interviennent soudain pour nous expliquer que le gouvernement, dans son immense mansuétude, gratifie ces fainéants d’une augmentation de 0,8 % au 1° octobre.

D’abord, ce n’est pas un cadeau, mais un dû.

Ensuite, c’est faux, comme vous allez le voir plus bas.

C’est la loi n°48-1306 du 23 août 1948 qui, dans ses articles 71 et 120, prévoit la revalorisation annuelle des retraites.

Si le gouvernement présente cette augmentation comme « une  belle manière » faite aux retraités, ce n’est qu'un artifice de communication. En réalité, il ne fait qu’appliquer la loi.

C’est l’IPC (indice des prix à la consommation) calculé par l’INSEE, dans sa version « hors tabac», qui sert de base à cette revalorisation.

Or non seulement cet indice est calculé d’une manière complexe et complètement incompréhensible aux non-technocrates, avec des « algorythmes de lissage inter-régionnal » et autres accessoires alambiqués, mais en plus, son impact est truqué par de petites manipulations « colatérales » qui ont l’avantage d’en atténuer les effets sans contrevenir à la loi qui le définit.

Par exemple, l’indice qui sert de « base 100 » à son calcul peut être remis à zéro n'importe quand grâce à un vide juridique de la loi. C’est ainsi qu’en 2016, on a décidé d’appliquer l’indice de 2015 comme nouvelle base à la place de celui de 1998, date de la précédente remise à jour.

En plus, cet indice est calculé trois fois sur des bases différentes, de manière assez incompréhensible.
  • Une première fois sur « l’ensemble des ménages - France - Ensemble hors tabac »,
  • une deuxième fois sur « Ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé - France - Ensemble hors tabac »,
  • et une troisième sur « Ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie - France - Ensemble hors tabac ».

Chacun de ces indices est différent, mais je n’ai pas encore pu trouver lequel était utilisé pour le calcul…

Enfin, cette augmentation ne concerne que la « retraite sécu » qui ne constitue en moyenne que 65 % des revenus d’un retraité.

Les retraites complémentaires, elles, n’augmenteront pas le 1° octobre...



Effet d’annonce mensonger :

Ce n’est donc pas de 0,8 %, mais de 0,52 % que les retraités vont voir augmenter leurs pensions.
(0,8 x 0,65)

Par ailleurs, les retraites complémentaires, elles, ne sont pas définies par une loi, mais par des « accords entre les partenaires sociaux ».

Aux termes de cette petite cuisine, il résulte que pour résorber en partie les déficits de l'Arrco et de l'Agirc, les partenaires sociaux ont très discrètement introduit, dans le cadre de l’accord du 13 mars 2013, une sous-indexation des pensions complémentaire de 1 point par rapport à l'inflation. La mesure a été reconduite jusqu'en 2018 par l'accord du 30 octobre 2015. Mais là-dessus, les sirènes gouvernementales restent muettes…

C’est donc d’encore un peu moins de 0,65 % que les retraites vont être revalorisées.

Mais cela, la presse et la télévision ne nous le disent pas…






samedi 26 août 2017

554° Vous ne voyez rien venir, vous ?





Moi, si !

Les rues vont à nouveau se remplir, et pas seulement de voitures mais aussi de manifestants….

Y a-t-il un seul Français, - à part les groupies inconditionnels de Macron -, qui ait matière à se réjouir de ce qui nous arrive, et pire, de ce qui nous menace dans un proche avenir ?

Et encore, si le contexte planétaire pouvait nous réconforter devant les noires perspectives hexagonales…

Attentats partout, et alarmes jusque dans l’espace où les fusées du fou furieux de Pyongyang, excité par le Tartarin de Washington, vont croiser la route des avions d’Air France…

On commence par où ?

Allez, en France. 

Il y a deux cents ans que les Français se battent pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Deux cents ans que la situation progresse pas à pas, point par point.

C’était trop pour l’aristocratie qui nous exploite, dont les titres de noblesse ne s’acquièrent plus les armes à la main, mais sur les marchés financiers.
Après les maîtres des forges, les maîtres du marché.

Sarkozy avait commencé à détricoter le Code du travail point par point, ligne par ligne, article par article, subrepticement, comme un termite ronge le bois par l’intérieur.




Mais cela n’allait pas assez vite. La démagogie, ça s’organise, ça se planifie, ça se récupère.
Dix milliardaires ont fait mais basse sur la presse, et une bande d’une trentaine de financiers sur l’ensemble du système d’information et de communication.

A coup de double langage, de campagnes bien planifiées et de prises de risques soigneusement calculées, ils ont fait élire Macron, un superbe produit de marketing.

Le produit est avenant, un brin libertaire sur le sociétal, jeune, beau parleur, et sous une apparence d’étalon fougueux, parfaitement formé et sous des aspects trompeurs d’indépendance d’esprit, parfaitement asservi aux dogmes de ses précepteurs, au monde de la spéculation dont il est l'incube.

Comme ça pressait, il a fallu fabriquer d’urgence une majorité parlementaire. On a donc recruté à tout va une foule de nouveaux venus qui avaient l’avantage de représenter « une nouvelle donne » comme promis, et surtout celui d’être éducables par leurs nouveaux maîtres à une science politique dont ils ignoraient tout.

Ça n’a pas été sans quelques bavures : dans la précipitation, se sont introduits parmi les nouveaux élus des cohortes d’aventuriers et d’arrivistes de tous poils dont on a rapidement pu apprécier l’inculture et même les bavures.

Sans parler de ceux qui avaient d’aussi belles casseroles que leurs prédécesseurs,  sans parler encore de ceux qui ont maille à partir avec la justice, ou qui se distinguent par des déclarations homophobes ou racistes…

On a entendu quelques belles déclarations, du genre :

« même les clochards, s’ils ne sont pas trop bêtes, doivent arriver à mettre 1500€ de côté »
« à vingt ans, on ne pleure pas pour 5€ par mois »
« les retraités sont des « improductifs » »,


Alors c’est vrai que notre fringant président fait visuellement bonne figure lorsqu’il nous représente dans les instances internationales, et que la presse et la télévision complaisantes ne manquent pas de le mettre en valeur, mais cela ne nous aide pas pour nos fins de mois…

Elle fait moins de tintamarre, notre presse amie des puissants, pour nous informer que des homophobes patentés, membres de Sens Commun et autres entités prônant la discrimination et l’inégalité, se glissent subrepticement dans le système sans qu’on ne fasse rien pour les arrêter..
(C’est voulu par Big Brother ou pas???) 

 (Parce que l’homophobie, comme le racisme, n’en déplaise à certains manipulateurs d’opinion, ça ne se limite pas à casser la gueule aux homosexuels, aux transgenres et aux basanés.... C’est tout autant de promouvoir des idées et des fausses libertés de penser qui entretiennent la discrimination dans l’opinion publique, et qui, de ce fait, légitiment les passages à l’acte...
Ils confondent allègrement "liberté de penser" et "liberté de discriminer"...

Elle fait moins de tintamarre, la presse complaisante, pour nous rappeler le fond révélateur de la pensée du César de l’Élysée, que je dénonce dans mon article précédent : 


Il fait moins de tintamarre, notre système médiatique pour nous parler de précarité et de fins de mois misérables que pour nous montrer des cols blancs, dont la plupart n’ont jamais travaillé, en train d’épurer le code du travail sans sortir de leur bureau en effaçant des articles entiers à coups de souris sur l’écran de leur ordinateur.

Ce déchaînement de la presse laudative autour du nouveau timonier porte, hélas, déjà des résultats tangibles.

Il y a maintenant un phénomène sectaire, un véritable envoûtement collectif autour du macronisme. 

Je peux citer le cas de certains de mes « amis Facebook » dont les profils , par définition des espaces conviviaux, sont devenus des murs d’affichage macroniens, des espaces de tractage d’ « En marche » au point d’avoir perdu tout l’esprit « amical » qu’ils étaient censés incarner...

La France est le pays dont les entreprises distribuent le plus gros pourcentage de leurs bénéfices à leurs actionnaires. Ce qui signifie que le petit peuple, en achetant les produits, engraisse plus qu’ailleurs les nababs qui regardent couler dans leurs escarcelles des fortunes dont ils n’ont pas d’autre besoin que pour spéculer à nouveau...

Quand comprendront-ils que la « bonne santé » d’un pays n’est pas celle de ses actionnaires, mais celle de ses citoyens ?

Internet est riche d’enseignements sur ce dérapage franco-français : le même appareil, électroménager par exemple, est moins cher dans les supermarchés américains, allemands ou espagnols que sur le marché français…

Et ce sont les mêmes qui, après avoir refusé de faire ce constat, constituent le chœur des pleureuses patronales pour déplorer que les gens achètent de plus en plus sur Amazon et de moins en moins dans leurs échoppes… Et ils essaient même de nous démontrer que c’est de notre faute !

L’insulte suprême étant cette déclaration du petit Jupiter selon laquelle

« les Français sont un peuple qui ne supporte pas les réformes »

Mais quelles réformes ?

Se faire tondre la laine sur le dos par un quarteron de milliardaires, certes, non, on ne supporte pas.

Mais les bonnes réformes, essayez, vous verrez, on vote pour elles depuis des décennies, et ce n’est pas notre faute si elles n’arrivent jamais.

Taxez lourdement ces dividendes qui sont plus dodus en France qu’ailleurs, relevez les minimas sociaux, réajustez les retraites bloquées depuis plus de quatre ans et bientôt amputées par une CSG scélérate, embauchez des enseignants pour éduquer la génération d’incultes qui se profile…

J’ai plein d’idées de réformes que les Français accepteraient avec enthousiasme, monsieur le président, des riches…

On peut même imaginer une réduction drastique des factures de maquillage de l’Élisée…



mercredi 5 juillet 2017

553° Et en même temps.... Fier d'être "rien".





Deux mois sans publier d’article.
Deux raisons à cela : la première, quelques ennuis de santé, et la seconde, une campagne effervescente comme du lait sur le feu, dont on ne savait pas la veille ce qui allait surgir le lendemain… et d’où la raison semble avoir été absente…

Bon, maintenant, on commence à voir clair.
On constate que la plupart des gens qui dénonçaient « la pensée unique » pour parler de leurs opposants se sont rangés comme des zombies derrière le gourou qui, plus que tout autre dans la 5° république, incarne la pensée unique.

On constate encore à la lumière des interviews des nouveaux élus, et de quelques visites incognito dans les amicales réunions d’ « En Marche » que la foule des nouveaux convertis se partage entre un club de bobos qui vit entre soi dans l’ignorance totale du reste du monde, et une horde d’arrivistes qui s’infiltre parmi ces crédules en se disant qu’il doit y avoir moyen de s’y faire une place au soleil.

On prend acte des premiers résultats : « dans l’ancien monde politique », ma retraite est juste restée bloquée pendant cinq ans. Dans le nouveau monde merveilleux, elle va diminuer, amputée sans compensation d’une CSG scélérate….

Dans l’ancien monde, on faisait des promesses de campagne alléchantes et spectaculaires qu’on ne tenait pas. Dans le nouveau monde, on fait des promesses de campagne alléchantes et spectaculaires, du genre « on va supprimer la taxe d’habitation».
Promesse trahie dès le lendemain de l’élection, repoussée aux calendes grecques alors que c’est dès maintenant que nos budgets familiaux avaient tant besoin d’un peu d’oxygène.

Dans l’ancien monde, on reconnaissait aux aînés d’avoir travaillé et payé des impôts pendant toute leur vie, et on ne les regardait pas trop comme des boulets à charge. Dans le nouveau monde, il y a « les productifs » et les autres. Comme si, d’ailleurs, dépenser sa retraite à profiter un peu de la vie n’était pas une manière comme une autre de contribuer à la prospérité du commerce et de la société. A condition qu’on ait quelque chose à dépenser…

Le pire de tout étant la vision présidentielle :

« Il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien ».

Mais réussir quoi, Monsieur le Président ? A être banquier, PDG, ministre ou président de la république ? Ou réussir sa vie, tout simplement ?
A ce genre de déclaration, on constate que la frontière entre le monde des bobos et celui des braves gens est un mur infranchissable.

Cela en dit long sur la vision sociétale de notre nouveau monarque. Lui qui se targue de culture, devait lire Zola et l’histoire du Front Populaire.

Les « Rien » vont vous expliquer tout haut à quel point ils existent, ce dont ils sont capables, et mieux : que vous n’êtes rien sans eux.

Car qui vous a élu, Monsieur le Président ?
Ce sont les « rien » qui vous ont élu. Si vous n’aviez pu compter que sur vos semblables, vous auriez fait 1 ou 2 %…

Quand on vous voit et surtout qu’on vous écoute, Monsieur le Président, on est fier d’être « Rien ».




Qu’y a-t-il de nouveau dans la promesse irréaliste et mensongère d’éradiquer le chômage, alors que l’automatisation, la robotisation, l’informatique remplacent la main de l’homme de plus en plus largement et de plus en plus vite ?

Cette absence de vision d’un futur robotisé est-elle digne de la vision du « nouveau monde » que vous nous promettez ? N’est-ce pas plutôt une nouvelle féodalité qui ne dit pas son nom ?

Le seul candidat vraiment visionnaire de cette élection, c’était Benoît Hamon, et son revenu universel.


Pourquoi alors cet échec cuisant ? De nombreuses raisons qui s’additionnent : nul n’est prophète en son pays, trop visionnaire, trop en avance, manque de charisme, trahison par son propre parti, etc, etc.

Les vrais grands progrès ont toujours été longs à percer et à voir le jour. Un jalon a été posé.

En attendant, « Riens » de tous les pays, de toutes les classes sociales, « Riens » républicains, unissez vous contre cette pensée unique qui nous menace et prétend penser et agir à notre place…





mercredi 3 mai 2017

552° Vous mettez des capotes ? Mettez un Macron.






Vous mettez des capotes ? Alors, mettez un Macron.





La France ne sortirait pas indemne d’un vote Le Pen, et l’heure n’est plus aux petits états d’âme.

Quand il y a le feu dans le jardin, on ne s’occupe pas de choisir les nouvelles peintures.
On va l’éteindre ou on perd la maison.

Il faudrait que la nouvelle génération comprenne que la démocratie n’offre pas aux 67 millions de Français 67 millions de candidats taillés sur mesure pour chacun d’entre eux.

D’ailleurs, même les mélenchonistes les plus convaincus reconnaissent que si leur candidat leur parait le plus apte à remplir la fonction résidentielle, il est un peu dommage que… et que… et que ce serait encore mieux si…

Ben oui… La perfection n’existe pas.

Alors, ne jouons pas la démocratie au poker.




Appuyer sur le bouton Macron n’est pas lui apporter son soutien.

C’est juste la seule manière de préserver les conditions nécessaires à la poursuite des luttes pour une France meilleure.

Que Jean Luc Mélenchon rassure son égologramme : si Macron est élu président, il sera toujours une grande figure de l’opposition.

Et il aura même plus de chances de pouvoir mener son combat dans une démocratie préservée que contre le mur du fascisme.



dimanche 16 avril 2017

551° Comment rester de gauche quand la gauche disparaît ?






On pourrait penser que la pensée de gauche, traditionnellement pétrie d’humanisme, d’esprit républicain, d’égalité des droits, de bien public élevé en but ultime, de richesse équitablement partagée et de sens de l’état contribuerait à donner aux partis de gauche une force morale et intellectuelle capable de les porter naturellement aux commandes de la République.

Les évènements nous montrent que c’est trop leur demander. En fait, comme toutes les belles et nobles causes, les allées du pouvoir sont parcourues, infiltrées, phagocytées et littéralement occupées par une cohorte d’aventuriers politiques qui cherchent à tout prix un poste dans « l’entreprise gouvernement » et sont prêts à vendre des idées qui ne sont pas les leurs si la place est confortable et les prébendes généreuses.

Nous avons tous vu dans des entreprises des entristes occuper des postes dont ils n’ont pas le profil.

Le problème est que quand on a mis un pied dans l’imposture en se faisant élire, on ne sait plus très bien jusqu’où on peut aller sans que « ça ne se voie », et surtout aussi que dès lors qu’on a déjà violé sa conscience et sa probité en acceptant un poste pour lequel on n’est pas fait, on n’a plus guère de scrupule à trahir davantage les électeurs qui comptaient sur vous pour accomplir la tâche.

Tout cela nous donne des gens qui se font élire président au nom du parti socialiste, puis qui mènent une politique en totale contradiction avec les aspirations de leurs électeurs, pratiquent la destruction du code du travail, fomentent des attaques aux statuts de la nationalité et usent et abusent de modes de gouvernement à coups de 49/3 qui sont autant d’injures à la démocratie.

Déjà, en 2005, j’avais été choqué de voir le parti socialiste, en totale contradiction avec la vox populi qui refusait, par referendum, la nouvelle constitution européenne, s’allier au conglomérat droito-financier qui plaidait le oui.

Pire, c’est avec l’appui d’une grande partie des députés socialistes que Nicolas Sarkozy sodomisait l’expression démocratique du referendum de 2005 en faisant adopter ce traité de Lisbonne par voie parlementaire le 9 février 2009.

Entre temps, les mauvais camarades socialistes avaient déjà lâché Ségolène Royal, dûment élue candidate à la présidentielle par des primaires de gauche fin 2006. Faute de ce soutien, la pauvre Ségolène avait échoué de peu à la finale de 2007 face à un Sarkozy qui, lui, bénéficiait du soutien bien réel et actif de son parti.

Personne n’avait sérieusement parlé d’assassinat politique à l’époque, mais avec le recul, force est de constater que c’en était bien un.

Cela faisait donc déjà deux fois en deux ans que les dirigeants socialistes s’asseyaient sur la voix de leurs militants pour mettre en œuvre une politique dont le peuple ne voulait pas et contre laquelle, justement, ils avaient été élus.

Un serial killer récidive toujours, et en 2017, le parti assassin a encore sévi.

Le peuple de gauche élit un candidat à la présidentielle : Benoît Hamon.
Son cheval de bataille, c’est le revenu universel.

Loin d’être une nouveauté : le principe du revenu universel sous différentes appellations, est issu du siècle des lumières, puis mis en pratique par les premiers grands penseur sociaux, comme Charles Fourier et Jean Baptiste Godin, horrifiés par la condition ouvrière du XIX° siècle.

Benoît Hamon, entre autres idées novatrices, prône également la légalisation du cannabis. Cela a l’air marginal, ça ne l’est pas du tout : c’est l’herbe qui fait rire, l’idée, elle, est très sérieuse. Tous les pays qui ont légalisé le cannabis ont vu la consommation du produit diminuer sans augmentation compensatrice de l’usage d’autres drogues, et également vu s’anéantir la délinquance liée à son marché noir.

La Hollande, le Portugal, l’Afrique du Sud, 9 des 50 états américains, Uruguay, Chili, Colombie, etc.

Le Canada s’apprête à son tour à légaliser le produit dans les mois qui viennent.
24 autres états américains et 22 pays divers l’autorisent sous indication thérapeutique.

Benoît Hamon était le seul candidat réellement innovateur, le seul visionnaire d’un futur à long terme. C’en était trop pour un parti aussi résolument conservateur que le parti socialiste, et les imposteurs qui se le sont approprié ont donc perpétré le troisième assassinat politique de leur carrière.

Pourtant, encore une fois, le pauvre peuple a fait ce qu’il a pu, révoqué les traîtres sociaux par voie de primaire, peine perdue.

Les ringards du socialisme de salon se sont tous tournés, les uns après les autres, vers le candidat encore naïf qui incarne le mieux la continuité de leur bobocratie. Ils espèrent simplement le maîtriser par un chantage à la majorité parlementaire et changer de château après l’élection.

Et pendant ce temps-là, c’est Fillon qui se dit victime d’un assassinat politique.

On notera d’ailleurs, que, dans un camp comme dans l’autre, tous les anciens ténors dégagés par la primaire, après quelques convulsions, se sont retranchés dans un étrange silence. Que cela ne nous rassure pas, ils ne tiennent aucun compte du message de leur défaite.

Ils sont en train de bétonner leurs positions pour les législatives, persuadés que cette échéance leur permettra de revenir par la fenêtre d’une scène dont on les a pourtant virés par la grande porte.

Que peut penser de tout cela un pauvre citoyen comme moi ?
D’abord, à ce vieux proverbe arabe qui dit :

« Si tu te fais niquer une fois, c’est pas de chance, 
deux fois c’est que tu as la comprenette ensablée, 
et si tu te fais niquer trois fois, c’est que tu aimes ça ».

Alors, la mort dans l’âme, me voilà résolu à sacrifier ce pauvre Hamon malgré tous ses mérites, et au nom de la cause du peuple et du bien commun, à voter pour Mélenchon qui, s’il ne correspond pas tout à fait à mes aspirations, reste, dans les « possibles », celui qui s’en écarte le moins. 

Le PS est un serial killer. 

Il procède à l'assassinat politique de tous les représentants que lui donnent le peuple de gauche. Je ne veux plus être complice.

Pourtant, je me réjouissais à l’avance de ces élections de 2017. Depuis cinquante ans que je vote, je n’avais eu que deux fois l’occasion de mettre dans l’urne le bulletin d’un candidat qui me convenait et de le voir élu : c’était François Mitterrand en 1981 et 1988….

Cette élection de 2017 allait me permettre, pour la troisième fois, d’élire un candidat vraiment visionnaire et annonciateur de progrès social et sociétal.

Patatras ! Les politicards en costume de la rue de Solférino en ont décidé autrement.

Alors, j’irai, d’une main désabusée, glisser mon petit Mélenchon dans les urnes. Je ne suis pas totalement convaincu du bien-fondé de tout son programme, (même si, en toute modestie, je n’en ai pas de meilleur à proposer...) mais rien que le spectacle de la gueule que tireront les vieilles sangsues de la politicaillerie à la vue de son élection suffira à me consoler.

Et puis allez, pour essayer de se rassurer : Je constate chez lui un assagissement, une meilleure maîtrise de son impulsivité, un début d’installation dans le costume. Quitte à affronter une transition difficile, il y aura moins de monde dans la rue avec Méluche qu’avec Fillon-la-manif-pour-tous, son holocauste social et son cortège d’exclusions.

Faute de pouvoir voter « pour », on est bien sûr obligé de voter « contre », et Mélenchon représente une manière de s’insurger autrement plus élégante que celle que représentait la grosse blonde jusqu’ici, et à laquelle, pour rien au monde, je ne me serais résolu.

De toute manière, aucune réforme sérieuse ne pourra se faire sans « une certaine agitation », et je fais donc confiance au « meilleur agitateur » pour pratiquer ce désordre dans un ordre raisonnable.

Mais alors, et Macron ? Que fais-tu de Macron ? me demandent mes amis qui ont une carrière professionnelle en pleine expansion alors que ma retraite n’a pas augmenté d’un centime depuis cinq ans…..

Eh bien, Macron, une bonne justice ne permettra pas de le mettre en examen pour « assassinat politique en réunion » puis qu’il « n’appartient pas » au parti socialiste. Mais comme l’appartenance à ce parti n’est plus une garantie de « vraie valeurs sociales et humanistes », finalement, ce n’est pas très grave.

La punition sera suffisante de savoir avec qui il pourra gouverner s’il est élu et d’où il sortira une majorité de compromission pour le servir. 

Car ce n’est pas la peine, au prétexte de ne vouloir que des personnalités nouvelles en politique, que de ne recruter que des jeunes loups qui ont les dents encore plus longues que ceux qu’ils veulent déloger.

Nous avions un panier de crabes, avec lui, nous aurons une meute de loups.

L’hiver risque d’être rude. Entassez vos noisettes…





lundi 27 mars 2017

550° Parlons donc de « La Belle et la Bête »…







La Belle et la Bête un film « homosexuel » ? Quelle rigolade !

Le dernier Disney fait la une de la presse internationale pour sa propension à attirer l’attention des censeurs. On parle de « scènes homosexuelles »…., puis devant une réalité qui semble rétrécir à vue d’œil, de « moments homosexuels »… Qu’en est-il ?

J’ai été le voir...
Il faut être véritablement tordu et obsédé pour y voir un gramme d’homosexualité.

Le gens qui s’attaquent à ce film sont véritablement focalisés par la haine des homosexuels, par la recherche, voire l’interprétation malveillante du plus petit détail qui pourrait éveiller dans leurs désirs chaotiques et surtout inassumés la moindre parcelle de l’homophobie dont ils font le plus souvent profession.

A moins que cette manière de voir de l’homosexualité et des homosexuels partout ne résulte pas seulement de leurs frustration, mais également de la nécessité alimentaire qui est la leur de « vendre » de la haine. Nous y reviendrons.




Cela me rappelle un petit souvenir de jeunesse. Le hasard de mes tribulations scolaires m’a amené un jour, -enfin un mois ou deux, je me suis fait virer très vite-, dans un internat tenu par des religieux -catholiques, est-il utile de le préciser-, qui étaient absolument obsédés par le zizi adolescent.

Lorsqu’on marchait en rangs, il fallait suivre les deux qui vous précédaient à un mètre pour éviter « tout contact » qui n’aurait pas pu être accidentel, mais forcément volontaire, et donc pervers et démoniaque. Il était interdit, à l’étude, de soulever son pupitre sans demander la permission, car le couvercle constituait bien sûr un paravent propre à cacher les pires turpitudes 

Les dortoirs… Chaque lit était entouré de rideaux supposés occulter les regards concupiscents…
Dans la pratique, c’était plutôt contre-productif car ils empêchaient toute surveillance d’ensemble, et favorisaient donc certains voisinages et certaines rencontres nocturnes que vous imaginerez bien mieux vous mêmes que si je vous les raconte.

Les douches… C’était un couloir avec dix cabines de douche ouvertes, cinq de chaque côté. Mais pour éviter tout face à face, on ne pouvait utiliser que celles d’un seul côté. Les cinq élus devaient y entrer en même temps ceints de leur serviette, et en sortir en même temps dans le même accoutrement pour ne pas passer devant les cabines où un autre aurait été encore nu.
Résultat de cet ordre militaire, les séances de douche qui auraient pu se solder en une heure occupaient une demi-journée de la vie du collège.

Bilan de cette obsession : tous les gestes de la journée étant guidés et empreints de ce souci de « sécurité pudibonde anti-sexuelle », on ne pensait qu’à ça tout le temps… Il fallait, dans chacun de nos gestes et chacune de nos attitudes, et même dans des occupations où nous aurions volontiers pensé à autre chose, prévoir et imaginer ce que les fantasmes tordus et malveillants des bons prêtres pourraient interpréter, qui ne manquerait pas de nous attirer une punition.

L’omniprésente préoccupation de non-sexualité qui régnait dans la maison prenait largement le pas sur ce qu’auraient pu être nos curiosités juvéniles naturelles… D’autant plus que la nudité ou quelques gestes enfantins, à l’âge du collège, doivent bien davantage à la curiosité de l’adolescence qu’à des pulsions sexuelles… Accusés en permanence d’une perversion que nous n’avions pas, regardés comme des obsédés que nous n’étions pas, comment pouvions-nous nous détourner de l’attrait de l’interdit ? Ce sont ces prêtres qui nous ont appris où se nichait « le vice ».

La censure qui s’abat sur la Belle et la Bête, c’est un peu la même chose. Et c’est bien dommage, parce qu’à bien des égards, nous avons là un des plus beaux films de l’histoire de Disney.

C’est d’abord une comédie musicale particulièrement réussie.

A mon avis, meilleure que Lalaland, qui vient pourtant d’obtenir l’Oscar du meilleur film…

Et les auteurs connaissent leurs classiques : On y retrouve les pièces montées de ballets et les figures en kaléidoscopes de Busby Berkeley, les décors gigantesques des Ziegfeld Folies, les fontaines des films d’Esther Williams, un remake de la scène culte de la Mélodie du Bonheur où l’héroïne chante en gambadant dans des prairies montagnardes fleuries, les auberges d’Oklahoma et les saloons du Far West à peine transposés et j’en passe. Le réalisateur, un monsieur Condon, aime la comédie musicale et connaît ses classiques.



Ajoutons à cela des décors à la mesure de ce que permettent les moyens graphiques modernes. Le château est au-delà de l’extraordinaire. L’extérieur et l’intérieur. Les décors sidérants. Et tout cela empreint d’une grande beauté.

Parlons aussi de la musique, d’Alan Menken, déjà auteur de la musique de la version animée de la Belle et la Bête de 1991.
On lui doit aussi les musiques de la Petite Boutique des Horreurs (1986), de la Petite Sirène (1989), d’Aladdin, de Pocahontas, du Bossu de Notre Dame, de Raiponce et du Blanche Neige de 2012.

On n’y trouve pas le tube » qui va traverser la planète, mais la plupart des mélodies sont très agréables, et gratifiées d’une orchestration symphonique très spectaculaire.
Chapitre lyrique, le film présente plusieurs scènes de ballets très au point et très soignées, allant de la taverne villageoise à la grande salle de bal du château…

Comme dans tous les Walt Disney qui se respectent, il y a une foule d’objets qui s’animent, des pendules, des candélabres, des théières, des armoires et des fauteuils.

Et je me demande si ce c’est pas cela, finalement, qui gène les intégristes religieux : toute cette magie à laquelle leurs écritures stupides et leurs dogmes imbéciles ne laissent aucune place. Mais ils n’osent pas cette attaque frontale qui paraîtrait désuète.

Alors, ils s’attaquent à deux personnages qui prêtent le flanc à leur obsession : un désir supposé homosexuel. (à peine évoqué, il va sans dire).

Le premier s’appelle LeFou. C’est un domestique un peu grassouillet, plutôt moche et qui le sait, un brin retors, bref qui a toutes les tares que les homophobes prêtent volontiers aux homosexuels pour mieux les dévaloriser. Il a une chanson dans le film, qu’avec un peu de mauvaise foi, on peut interpréter comme un gazouillis d’amour à son bellâtre de maître, lequel est pourtant résolument hétéro, et même vilainement machiste. Autant dire une cause perdue…

Le second est tellement furtif qu’il n’a même pas de nom. On le voit deux fois dans le film, moins d’une seconde à chaque fois. Par surprise, comme un gag. La première fois, il prend je ne sais quel projectile coloré sur la tête, qui le colore en rose comme si cela le maquillait. La seconde fois, on le voit en un éclair danser avec un homme dans un plan général échevelé d’une salle de bal où virevoltent une cinquantaine de couples. Il « traverse l’écran » en moins d’une seconde. C’est si rapide qu’il faudrait faire un arrêt sur image pour le voir vraiment...

Et c’est pour cela qu’il faudrait condamner un film aussi réussi ?

Foutaises !




 Le bilan :

Le film est interdit aux moins de seize ans en Russie, autant dire « mort » vu sa cible d’audience. En Malaisie, il a été l’objet d’obscures tractations. La commission de censure y avait fait des coupures et en réponse, Disney avait décidé de retirer carrément le film. Disney étant un acteur économique puissant du pays, où il possède différents « resorts » et draine des entrées touristiques importantes, le film a finalement été… rétabli intégralement !
Disney en profite même pour faire entrer de force dans le pays la nouvelle saison de Power Rangers, qu’il distribue dans l’Océan Indien, et dont la censure malaisienne ne voulait pas non plus pour cause de couple lesbien un peu trop camionneuses.

La Belle et la Bête a peu de chances de sortir dans les pays du golfe et autres émirats, et même aux États Unis, certains cinémas indépendants choisissent de ne pas le programmer. Ce qui est commercialement très risqué, car là-bas comme en Europe, la programmation des salles se fait par « trains de films », et si vous refusez un seul film, vous vous privez de tout le lot. Lot qui ne manquera pas de sortir chez votre concurrent, bien entendu…

Bref, cette censure de la Belle et la Bête est encore une histoire sordide de mal-baisés, et d’agitateurs politiques qui instrumentalisent la sexualité comme un outil de pouvoir.

D’ailleurs, je travaille d’ores et déjà à mon prochain article :

« L’homophobie, enjeu politique, enjeu de pouvoir » .

A bientôt sur ces colonnes.