vendredi 26 mai 2006






47° Peaux de bananes…


Depuis quelques jours, chaque fois que je me dis : « tu devrais faire un article pour ton blog, les déraillements politiques t'offrent aujourd'hui des sujets plantureux », j'allume ma radio, et j'apprends avec un effarement sans cesse renouvelé que ce qui vient de se produire est pire que ce que je craignais !
.
Chaque heure, chaque minute apporte un nouveau menti, un nouveau démenti, une nouvelle déclaration, une nouvelle contradiction, une nouvelle balance qui a balancé la balance, et tout ce que je m'apprête à dire, toute la rédaction que j'ai conçue dans ma petite tête s'écroule en même temps que la situation rebondit…

Comment voulez-vous faire une chronique politique avec des gens qui font une nouvelle connerie toutes les deux heures ? A la radio, on peut suivre à peu près, mais sur un blog, le rythme est intenable !

En plus, devant cette obstination à gagner au jeu du plus con qui semble s'être emparée de nos gouvernants, cette rage de perdre dont ils ne se départissent pas, cette quête de l'embûche dans laquelle ils sont passés grands maîtres, on a peur de se répéter.

Dans les films de Tom et Jerry, l'humour est basé sur la répétition de l'erreur, sur la totale inaptitude à la déduction de Tom, qui ne tire aucune leçon de ses gamelles en rafale, et se jette tête baissée dans tous les pièges avec une obstination qui deviendrait vite lassante sans l'imagination du scénariste.

Le problème avec notre premier ministre, c'est qu'il n'a pas scénariste… Alors, le spectateur fatigue.

Il y a déjà deux semaines, je disais que nous assistions de sa part à « un foutage de gueule à répétition ». Avec tout ce qu'il nous a fait depuis, j'avoue manquer de vocabulaire pour décrire sa chute vertigineuse en dehors de la galaxie républicaine.

Car enfin, si on essaye de reprendre les choses du début, voilà un olibrius qui n’est autre que l’émanation du calife Chirac. Lequel, si ma mémoire est bonne, ne représente que 19 % des Français, et ne doit son score « soviétique » de 80 % qu’à des circonstances sur lesquelles nous ne reviendrons pas.

Or, qu’a fait ce calife depuis son élection ? Qu’a-t-il fait faire à ses grands vizirs ? Rien moins que la politique pour laquelle il aurait été élu si ses 80 % d’électeurs avaient été autant de supporters et de sectateurs…

Mais on sait bien que ce n’est pas le cas…Loin de là…

Voilà un gouvernement qui, depuis qu’il est élu, n’a de cesse de donner des leçons de république à une opposition qui en a plus le sens que lui, n’a de cesse de s’attaquer au code du travail en le déchirant page par page jusqu’à vouloir l’anéantir entièrement, et n’a de cesse de s’attaquer au système des retraites pour le remplacer par un système de fonds de pension privés dont ses sbires tireraient le plus grand profit.

Or, que voyons-nous en matière de leçon de république ? Des ministres qui se cramponnent à leur maroquin, et deviennent hautains et méprisants lorsque la population des banlieues se soulève, lorsque les travailleurs et les étudiants s'indignent qu'on ait pu sans consultation des partenaires sociaux et par simple décret, sans concertation et sans débat parlementaire, abolir tout un pan du code du travail dont même le MEDEF ne jugeait pas, a priori, l'abolition indispensable.
.
Que voyons-nous encore en matière de leçon de république ? Un calife amnistier le vizir Drut, dûment condamné dans une affaire d'emploi fictif à laquelle il a lui-même échappé de justesse, et qui envoie son ministre expliquer qu'on ne cherche pas des poux à un champion olympique…

Si je ne m'abuse, un certain Tyson, qui fut aussi grand champion dans un autre sport que le vizir Drut dans le sien, est allé en prison aux États-Unis pour avoir seulement battu sa femme… Aurions-nous des leçons de justice à recevoir du pays de Guantanamo ?

Pour ma part, je me flatte d'avoir vraiment l'étoffe républicaine. Je veux bien qu'on ne soit pas du même avis que moi pour autant qu'on veuille bien respecter mes opinions de la même manière, mais aussi à condition qu'on joue les règles du jeu.
.
À mes yeux, on est digne d'être un adversaire quand on assume son opposition jusqu'au bout, quand on est fidèle à ses idées et à ses convictions. J'exige de mes opposants qu'ils soient cohérents et cartésiens, honnêtes et constants.
.
Or encore une fois que voyons-nous ? Le calife qui ne cesse de s'en prendre au code du travail, après avoir manqué toutes les occasions de démissionner dignement, et dieu sait qu’il en a eu, maintenant que son fonds de culotte sent le roussi, vole au secours des travailleurs de l'aéronautique de Bordeaux que l’on s’apprête à licencier, négocie à leur place et obtient une atténuation de leur sort. Je ne vais pas me plaindre qu'on défende des travailleurs en butte à un licenciement brutal, mais d'une part il n'appartient pas au premier ministre de le faire, car tous les malheureux (dont je suis) qui ont été licenciés à une époque où son autorité n'était pas mise en cause ont été virés sans qu'il ne les défende - ce qui est injuste-, et d'autre part la promesse arrachée au PDG d'EADS de conserver 500 salariés n’est qu'un sursis dont la durée n'excèdera pas celle de la campagne électorale. J'espère qu'on ne se fait pas trop d'illusions à Mérignac…

Je suis aussi surpris de l'attitude de ce PDG qui, d'une manière tout aussi incohérente, cède à cette amicale pression politique au lieu de renvoyer le trublion à son maroquin de Matignon en lui rappelant qu’on l’a nommé vizir pour être le valet de la grande entreprise…

Et que voyons-nous encore ? Ce mauvais sujet qui n'a cessé de critiquer notre système de retraite et ne s'est abstenu de lui porter le coup de grâce que par peur d'un soulèvement populaire va soudain visiter les hospices et déclare maintenant vouloir prendre des mesures pour soulager la détresse des vieux, alors qu'il a jusqu'à hier fait tout ce qu'il fallait pour la provoquer ?

Comment les électeurs de l'UMP peuvent-ils faire confiance à pareille girouette, à semblable opportuniste ? Sont-ils dupes de ses volte-face à répétition, ou sont-ils assez naïfs pour en être les complices en croyant que la mayonnaise va prendre ? Nous prennent-ils donc à ce point pour des imbéciles ?

La politique de mon pays me rend perplexe….




1 commentaire:

m a dit…

1)Je suis désole de vous contredire sur la question de la représentativité de l'ump... Le gouvernement n'est pas issu du president de la république mais du parlement, via les élections législatives. Ne confondons donc pas le score de monsieur chirac aux elections et la légitimité du gouvernement, qui représente le parti le plus largement représenté au parlement. Quand au score chiraquien, vous dites qu'il ne représente "que 19% des français"... si vous aller au bout de votre démarche, vous verrez que monsieur jospin ne représentait lui qu'un score inférieur. La légitimité du PS devrait donc etre moindre me semble t'il! je veux bien que vous ne soyez pas en accord avec la politique du gouvernement, c'est votre droit le plus élémentaire, mais s'il vous plait, ne parlez pas d'absence de légitimité, et surtout n'en attribuez pas d'avantage à un parti qui n'a pas été capable de passer au second tour des éléctions présidentielle, et qui a parallelement perdu les élections législatives.
2)Quand aux leçons politiques, je ne crois pas que des individus soient en mesure d'en donné, au nom de la morale, simplement parce qu'il porte une étiquette proggressiste. Monsieur fabius par exemple, n'a t'il pas du sang sur les mains? Il n'en est pas pour autant exclu d'un parti qui se veut citoyen... Alors il ne me semble pas que le gouvernement ait de leçon à recevoir de la part d'un individu de ce type.
3)Enfin je ne peux m'empecher de sourire en lisant que le gouvernement "dechire page apres page le code du travail"... Soyons sérieux. La loi est voté par le parlement... Si dechirure il y a, il faut l'imputer au parlement. Et y a t'il déchirure? Hormis le CNE qui n'est pas tout de meme la remise en cause du droit du travail et qui ne va pas tres loin, je ne vois pas ou sont les modifications! Le gouvernement ne fait plus rien, vous le voyez parfaitement, alors ne lui reprochez pas s'il vous plait de faire mal... mais de ne rien faire pour que la situation proggresse.
5)Il me semble que vous devriez plutot sortir de la logique binaire gentil parce que de gauche/ mechant parce que de droite, et adoptez plutot une logique ségoliste (vous voyez que je ne suis pas sectaire) du "bon sens"...
6) Autant j'aime plutot bien ce que vous ecrivez d'habitude, autant, je suis navré de vous le dire, je trouve que dans cette article vous tombez dans une démagogie assez pathétique type discours cgtiste de province... Parfois j'ai meme cru lire clementine autain dans le texte! Je vous prie de continuez à ecrire, et à commentez, mais de grace faites preuve à nouveau de l'esprit critique auquel vous nous avez accoutumé!!