samedi 29 décembre 2018

576 Bashing, vous avez dit bashing ? Le mot à la mode…





Quand je pense aux insultes les plus grossières que j’ai essuyées en écrivant tout simplement que le régime de monsieur Macron avait un fonctionnement dogmatique et sectaire, et qu’il n’arriverait à rien en pratiquant avec tant d’acharnement l’injustice sociale, le mépris des classes modestes et en infligeant une pression fiscale à ce point inégalitaire…

Jamais je n’aurais imaginé que la dévotion des groupies du banquier viendrait à bout d’amitiés anciennes, de fraternités acceptées et disperserait à ce point ce qui était jusqu’ici rassemblé.




On m’a accusé de pratiquer un « bashing » systématique de ce Jupiter d’opérette, alors que je ne faisais qu’établir la liste de ses injustices, de ses forfaitures et de ses démonstrations d’arrogance.

Des gens que je croyais des amis m’ont « amicalement » traité de vieillard sénile, ont voulu me persuader que je ne comprenais plus rien à rien, que j’aigrissais sur place et m’ont conseillé de me retirer dans une maison de repos. Je n’exagère pas, j’ai conservé les messages.

Se faire insulter par des partisans politiques quand on défend des sujets aussi rassembleurs que l’égalité républicaine et la solidarité nationale, cela démontre tout à la fois que ce sont des gens de peu d’humanisme et qu’ils sont à ce point en panne d’arguments pour répondre au débat qu’ils en viennent aux attaques personnelles.

C’est une méthode d’extrême droite, de cette extrême droite à la française qui n’ose pas dire son nom, qui parle très fort pour ne rien dire et qui proteste quand on la qualifie d’extrême, dont toutes les pensées fondamentales sont emballées de beaux discours obséquieux, et qui soigne son apparence dans les salons à la mode et les plateaux de télé pour cacher l’égoïsme de ses positions et la noirceur de son âme.

Pourtant, ce « bashing » que j’ai subi pour avoir soi-disant « bashé » moi-même un imposteur n’est rien à côté de celui qu’ont subi les gilets jaunes de la part des grands médias, notamment audiovisuels, soutenu par les chœurs et la philharmonie des acolytes de la secte, et orchestré par les déclarations de ses députés et ministres.

Pendant quasiment un mois, ces médias et ces vociférateurs n’ont vu dans les gilets jaunes que des extrémistes, des casseurs, des racistes, des antisémites, des fauteurs de quenelles et autres agités marginaux et asociaux.

Pendant quasiment un mois, on n’a vu sur les médias, et sur les réseaux sociaux, -puisque les médias sont les principaux pourvoyeurs d’images – que des porteurs de gilet jaune en plein dérapage, dans des dérives de casse, de dégradation et d’injures.

Les vraies images des vrais gilets jaunes, appelons les « canal historique », prises par les protagonistes eux-mêmes, montrant la naissance d’une fraternité, d’un esprit de révolte sain et humaniste, bien au-dessus et au-delà des convictions politiques, nouant des liens amicaux et fraternels, se découvrant mutuellement dans une large unité nationale, toutes ces images, toutes ces vidéos n’ont pas dépassé les pages perso de ceux qui les avaient prises.

Quasiment jamais elles n’ont pu se hisser aux antennes et aux rotatives des grands médias. Partout, les casseurs avaient la primeur. Est-ce un parti pris politique, ou la manifestation de ce goût morbide pour le vilain et le pas beau qui fait qu’on montre davantage les avions qui s’écrasent que ceux qui atterrissent à bon port ? (avec un petit flou sur les cadavres pour se donner bonne conscience)...

Sans doute un peu des deux. Ces médias sont des institutions commerciales à la recherche d’audience, d’audimat, condamnées à ne programmer que des monstres de foire et des jeux du cirque, parce qu’ils croient que c’est ce que les gens exigent.
C’est vrai qu’ils ont largement contribué à les éduquer dans ce sens…
Pas d’audience, pas d’annonceur, clé sous la porte.

Le but des grands médias n’est plus de faire de l’information, mais de l’audimat, ce ne sont plus des services publics mais des entreprises, avec toute la déshumanisation que cela comporte. 

En plus, à côté des annonceurs, presque tous courent après des subventions, et hésitent donc quelque peu à attaquer la poule aux œufs d’or.
Il n’y a sans doute que Mediapart et le Canard Enchaîné   qui n’ont de compte à rendre qu’à leurs lecteurs.

Les édiles et sectateurs de LREM ont, bien sûr, contribué à cette campagne de dénigrement, montant au pinacle tous les dérapages qu’ils pouvaient trouver, et allant jusqu’à publier un recueil d’éléments de langage sous forme de « kit de survie pour militant en danger » qui devrait aider les ouailles le plus croyantes à affronter quelques velléités revendicatrices au réveillon familial !

Je ne parle pas des adeptes du complot qui prédisaient une apocalypse dictatoriale en voyant dans le soulèvement populaire un remake de la montée du nazisme dans les années 30…

Depuis quelques jours, il semble que cela ait changé. Les médias auraient-ils eu une crise de conscience ? Il faut dire que les casseurs se faisant plus rares suite à un maintien de l’ordre plutôt énergique, ils n’ont plus d’horreur à se mettre sous la dent.

Alors, comme il faut bien remplir les éditions spéciales et autres gros titres, ils découvrent qu’il reste encore sur les rond-points des milliers de gilets jaunes paisibles mais déterminés, qui ont réalisé un bon début de convergence des luttes bien au delà leurs convictions politiques, érigé l’urgence sociale en objectif prioritaire, tissé des liens d’amitié et de fraternité, et ainsi découvert que la politique politicienne et les tentatives de récupération dont ils étaient l’objet contribuaient bien davantage à les diviser qu’à les unir autour d’une volonté commune.

Ajoutez à ce capharnaüm que le gouvernement, dans son désespoir, a appelé les syndicats au secours, ce dont il n’est pas coutumier… Or les syndicats sont d’autant plus mal à l’aise dans cette récupération que le pouvoir leur apporte sur un plateau, qu’ils constatent que les gilets jaunes ont obtenu plus en un mois que eux n’ont obtenu en vingt ans…

Je veux bien qu’on me taxe d’une sorte de romantisme révolutionnaire qui m’aurait saisi en mai 68 et ne m’aurait jamais quitté. Mais bien qu’on ait obtenu en mai 68 beaucoup plus que les gilets jaunes à ce jour, il faut, pour être objectif, voir également un « romantisme révolutionnaire » dans l’égrégore qui se crée sur les ronds points, dans les relations quasi familiales qui s’y tissent, avec repas pris en commun, garde des enfants mutualisée, échange de services, etc...

Et au moment où tous ces médias semblaient faire amende honorable, soulagement de la presse en manque de matière : Benalla ressort du chapeau magique, et leur offre à nouveau du scandale, des unes et des gros titres …




Là, les thuriféraires de la Macronie ont beau essayer de recoller les morceaux, de cirer les pompes et de brosser les revers de Jupiter, d’expliquer que c’est l’autre vilain pas beau qui s’obstine à ne pas rendre ses passeports, et que le gourou est tout bien propre sur lui.

Problème : ça ne passe plus. Plus ils en font, plus ils font rire.

D’abord  invraisemblable. Si l’état, au plus haut niveau, veut retirer son passeport à un citoyen français, il a les moyens de le faire. Légaux, judiciaires et policiers. Si cela n’est pas fait, il y a forcément une raison. Il va falloir la trouver.

Souvenons nous que dans mon article du 25 juillet 2018,  j’expliquais qu’il devait forcément exister un lien encore inconnu entre Benalla et Macron, ou au moins quelques secrets sinon d’alcôve, du moins de cabinet. Pour être à ce point escamoté, telle la noisette dans une partie de bonneteau, escamoté mais jamais écarté avec fermeté – ne fût-ce que pour ses voies de fait -, Benalla devait « savoir des choses », et la menace de quelques révélations devait lui procurer cette surprenante tranquillité.

Bien sûr : aucune preuve. Mais si quelqu’un arrive chez vous tout mouillé, c’est qu’il est tombé dans l’eau ou qu’il a pris une averse… Vous n’avez pas de preuve, mais ce que vous voyez vous apporte tout de même quelques certitudes…

Ces liens, manifestement, existent toujours, qui permettent à l’intéressé de conserver et d’user de ses passeports sans qu’en six mois, on soit venu lui confisquer. A défaut de police, des armées de journalistes d’investigation battent la campagne pour découvrir le pot aux roses.

Et les « forces de l’ordre », qui ont, elles aussi, quelques revendications à faire valoir, ne feront peut-être pas tout leur possible pour dissuader les journalistes…

Alors, ben oui, on ne sait pas tout, mais le mystère et la cachotterie deviennent vite pires que la vérité : Une fois établie, la vérité ne change plus, alors que les mystères et cachotteries ne cessent d’enfler tant qu’ils ne sont pas révélés.



Revenons en au « bashing ».
Ai-je « bashé » Macron ?

Ne se « bashe »-t-il pas très bien tout seul ?

Il suffit de décrire par le menu toutes ses erreurs, de dévoiler ses supercheries et de démonter sa démagogie pour passer aux yeux de ses admirateurs pour un ennemi subjectif, cruel et irréductible, alors que finalement, on ne fait qu’observer objectivement au lieu de se laisser gagner par la contagion idéologique…

Force est de constater que s’il a dû son élection au moins autant à la nullité de ses adversaires qu’à la qualité de sa campagne, à part sa petite grand messe de la Cour du Louvre, il a accumulé en dix huit mois une litanie d’erreurs de cap, de mesures anti-sociales, d’injustices, de discours grammaticalement parfaits dans la forme mais mensongers sur le fond, d’erreurs de communication, de couacs et de scandales dans son entourage qui le classent loin dans le peloton des chapeaux haut-de-forme de la III° république.

Ça, un monde nouveau ? Si c’était de l’humour, ce serait passable. Mais venir nous dire, par exemple, que la SNCF n’a plus d’argent pour faire tourner ses petites lignes et augmenter son petit personnel alors qu’elle a battu cette année son record absolu de paiement de dividendes..( 537 millions d’euros ), et imaginer qu’on va le croire parce qu’il le fait dire par un ministre docile et converti, c’est carrément nous prendre pour des imbéciles. Les plus jeunes diront « foutage de gueule ».

Bref, le régime va à veau l’eau, il dévale la pente sans plus aucun frein d’une manière qui finira forcément au fossé, si ce n’est au précipice, et tous ces petits députés qui se sont fait élire à l’aventure dans un parti qui embauchait sans trop d’exigence, ainsi que tous les vieux abonnés de l’assemblée qui ont pris l’étiquette LREM parce que leur parti d’avant partait en sucette, malgré leurs beaux discours et leurs marathons entre les plateaux de télé, n’arriveront pas à nous convaincre que c’est juste une crevaison et qu’on va changer de roue.

Ce qui est certain, c’est qu’ils sont très mal placés pour brandir la menace de l’extrémisme si on ne les soutient pas :
Ce sont eux qui ont tout fait pour que ça se produise.
Ce sont eux qui ont détruit le bipartisme qui avait pour mérite de ménager une alternative honorable quand un gouvernement ne faisait plus son travail.
Ce sont eux qui, par une politique inique d’injustice et de favoritisme, ont fait éclater la colère qui couvait depuis déjà longtemps.

Souvenons nous des vœux de Macron pour 2018 qui annonçait que « l’année qui vient sera l’année de nombreux défis ». Comme quoi il lui arrive de ne pas se tromper.

Mais il disait aussi : «L’année 2018 sera celle de la cohésion de la nation ».
Là, c’est un peu raté, encore que la cohésion, si on considère que le capital de sympathie pour les revendications des gilets jaunes est monté jusqu’à 80 %, il l’a tout de même réalisée, mais contre sa propre politique.

Il fallait tout de même vivre sur Mars ou Pluton pour imaginer qu’un programme essentiellement fait d’injustice sociale et de paupérisation des petites gens allait être approuvé par les Français.
Les Français… Enfin, les quelques uns qui ne se sont pas abstenu, n’ont pas voté pour un tel programme : ils ont voté contre Marine Le Pen…

Il fallait aussi prendre pour sacristain chambellan un type un peu moins bobo que Griveaux, qui pense dans le Figaro que les opposants à son pape sont « des gens qui fument des clopes et qui roulent au diesel ».

Je ne fais ni l’un ni l’autre : je suis donc inclassable. (mais ça je le savais..) .
Ces clichés démontrent quand même bien la totale déconnexion de nos gouvernants avec le pays. Et le choix d’un tel porte-parole est éclairant sur le boboïsme psychopathologique des admirateurs du système. (boboïsme ou boboïtude?)

Tiens, d’ailleurs, ils vont manifester. Parés d’un foulard rouge qu’ils ont choisi comme signe de ralliement, ils vont se réunir place de la République le 27 janvier pour protester contre la chienlit des gilets jaunes et soutenir leur divin protecteur.

Il faudrait d’abord rappeler à ces ignares que le drapeau des versaillais était bleu et blanc, et que le rouge était justement la couleur du petit peuple qu’ils allaient massacrer.
 
Question symbole, c’est tout de même un peu raté.
Comme démonstration d’ignorance et de méconnaissance de l’histoire, c’est aussi très révélateur.
 
C’est à ce genre d’indice qu’on décèle le populisme profond. Ne nous trompons pas, ce sont bien ces foulards rouges qui, sur fond d’inconsistance salonnarde, brandissent les bannières d’un populisme éculé.




Ça aurait du être le 20 janvier, mais leur manif a été reculée d’une semaine parce que le contestodrome était déjà réservé, le 20 janvier, par une « marche pour la vie » censée voler au secours des « médecins objecteurs de conscience » qui refusent de pratiquer des avortements.

Respectueux de cette cause extrême droitière et intégriste contre laquelle ils ne sauraient s’insurger, ils ont donc gentiment marqué leur soumission à la préfecture de police en acceptant de décaler leur rassemblement d’une semaine. Et puis on ne peut pas défendre aveuglément le pouvoir et prétendre manifester ailleurs que là où on vous dit de faire. C’est inconvenant. 
    
 Donc souvenez vous bien : les affameurs des pauvres manifesteront le 27 janvier à Paris place de la République. Je dis ça, je ne dis rien. Je ne devrais pas leur faire de publicité. Mais je suis objectif, non ?







1 commentaire:

patrick raffin a dit…

Tout mon soutien !
(nous nous vîmes une fois ou deux quand nous étions encore à HES (avant Hollande)