mercredi 26 mai 2010

330° Incompétence et parano




Pourquoi avoir peur de la liberté d'expression quand on n'a rien à cacher ?


C'est la question qu'on a envie de poser au sénateur non-inscrit Masson, qui, sans doute à la suite d'une algarade virtuelle au cours de laquelle il aurait été injurié, voudrait mettre au pas toute la blogosphère.


Quand serons-nous débarrassés de cette génération d'hommes politiques qui prennent fondamentalement les citoyens pour des enfants, -pour ne pas dire des imbéciles-, les estiment incapables de se faire une opinion par eux-mêmes et croient devoir leur prémâcher l'information avec un espèce de contrôle parental aussi désuet que contreproductif?


Bien sûr, il y a des sites qui disent des conneries, des malveillants pour les écrire et des cons pour les croire. Bien sûr il existe des sites de haine, qui prônent la violence, l'asservissement, la discrimination, se font les chantres de la théorie du complot à tout propos, voyant tantôt chez les juifs, tantôt chez les pédés, tantôt chez les franc-maçons, et même dans les théories de Darwin des entreprises propres à « s'emparer du monde » comme dans un vulgaire mauvais roman de science fiction.


Mais les prendre au sérieux ne revient-il pas, d'une part, à leur accorder un crédit qu'ils ne méritent pas, et d'autre part à se prendre pour le sauveur du monde, seul capable de discerner la bonne parole de l'œuvre de satan, ce qui n'est que le revers de la même médaille d'infantilisme....


Sans parler de l'attrait de l'interdit. Car je ne pense pas que les enfants, par exemple, passeraient leur vie sur des sites pornographiques s'ils y avaient libre accès. Certes, ils les verraient, -ce qu'aucun contrôle parental ne peut d'ailleurs empêcher-, mais comme ce n'est pas cela qu'ils recherchent, ils passeraient très vite à autre chose. Par contre, en installant sur l'ordinateur de lourds dispositifs supposés interdire ces accès, on donne à ces sites une importance qu'ils n'ont pas. Y accéder devient une gageure, un acte de révolte, une victoire sur l'oppression qui valorise l'exploit. D'autant plus que ces systèmes sont peu discriminants, laissent passer des sites critiques habilement travestis et en interdisent d'autres qui n'auraient pas lieu d'être inaccessibles. Tout cela ajoute aux motivations de transgresser l'interdit, et indirectement, valorise son contenu.

Il me semble bien plus judicieux de préparer ses enfants à faire face aux choses de la vie que de fabriquer dans des cocons artificiels des oies blanches qui se feront avoir sitôt qu'ils mettront le nez dehors.


De plus, on trouve, dans toutes les bonnes cours de récréation, et pour un prix modique, une clé USB qui permet d'entrer dans tous les ordinateurs sous Mac ou Windows en mode administrateur. Ne possédant que Linux, je n'ai pas eu le loisir d'essayer, mais il faudrait un papa informaticien professionnel pour empêcher une telle intrusion, ce qui est rarement la cas. En général, c'est plus souvent les enfants qui enseignent aux parents les mystères de l'informatique...

Quant aux diffamations sur internet, car c'est, d'après l'interview du sénateur Masson, ce qui semble le déranger au fond, et ne lui en déplaise, elles sont moins anonymes qu'une bon collage de tracts, surtout depuis qu'avec les imprimantes, chacun possède une petite imprimerie chez lui...


Comme lui répond avec beaucoup de patience le site Overblog, un blogueur anonyme n'est pas du tout anonyme. Pour ouvrir son blog, il faut qu'il s'inscrive avec une identité et une adresse. Bien sûr, il peut en donner des fausses, mais faute d'ouvrir un guichet à la préfecture où les candidats blogueurs devront se présenter trois mois avant de publier avec leurs papiers et leur livret de famille -en encore-, rien ne prouve au sénateur Masson que la déclaration de nom et d'adresse qui figurerait sur les blogs serait authentique. Et il ne nous dit pas comment il va gérer les hébergeurs étrangers... Finalement, le vrai problème est de savoir si tous les auteurs de lois sont vraiment compétents sur les sujets qu'ils prétendent réglementer.


La meilleure identification possible, elle existe déjà : c'est l'IP qui identifie l'ordinateur à partir duquel le blog est publié, et que les prestataires de service doivent conserver plusieurs mois. Quant aux falsificateurs d'IP, ça marche... ou pas. Car souvent, ils sont en sens unique et ne répondent pas aux requêtes que les hébergeurs demandent avant la publication définitive.


Ce que craignent, inconsciemment ou non, les auteurs de ce genre de lois, ainsi que tous les gouvernements qui nous concoctent des lois Loopsi ou Acta, c'est de ne plus être les dépositaires exclusifs de la communication, de ne plus pouvoir la maîtriser et la mettre à la botte.


C'est bien pour cela que leur dernier rempart, quand le flot d'information submerge leurs digues et leurs barrières, consiste à considérer le grand public comme un tas de demeurés incapables de discernement, et à prétendre agir pour « sa protection » en pratiquant la censure et en éliminant les libres penseurs. Les dictateurs parlent plus souvent du « bien de l'humanité » au nom duquel ils prétendent agir que les vrais humanistes, qui, eux, y travaillent vraiment.


S'il est un sujet sur lequel je suis chatouilleux, c'est bien la défense des droits LGBT et la lutte contre l'homophobie. La France possède des lois qui font du caractère homophobe des publications, des injures ou des agressions une circonstance aggravante, et c'est très bien ainsi. Mais je ne demande pas pour autant que les nazillons qui se livrent à ce genre de plaisanterie aient à décliner une identité qui, de toute façon, serait truquée. Les sites qui se livrent à ce genre de pratique sont poursuivis s'ils se trouvent sur le territoire national, autant dire qu'il n'y en a pratiquement aucun.


Les ultra-nationalistes, eux, émettent leurs courageuses attaques de l'étranger. Qu'y faire ? Se dire deux choses : d'abord, ce genre de site n'est jamais lu que par des convertis. Qui va, autrement que pour en rire, aller lire les diatribes à l'eau bénite d'agitateurs égarés entre le machisme et la mal-baisance ? Et puis, peut-être, lutter « informatiquement » contre eux, à l'image des services israéliens qui lancent des attaques informatiques contre les sites terroristes. Que le modèle soit israélien, ça va faire hurler encore plus fort les phobes de tous genre, mais tant mieux : quand ils hurlent, c'est que leurs affaires ne vont pas bien. D'ailleurs, les triangles roses et les étoiles jaunes se sont déjà croisé dans l'histoire, non ?



Pour changer de sujet, si vous vouliez savoir pourquoi je n'ai ni Apple ni Iphone, voici un article qui va éclairer votre petit écran. On y publie le contrat ultra-secret qui lie les collaborateurs du système et auteurs de logiciels de l'App-store à la firme à la pomme. Tous ces pauvres gens sont pieds et poings liés et asservis au système, et ne peuvent espérer utiliser à d'autres fins les recherches qu'ils auront soumises à l'approbation du tout puissant App-store.

A titre indicatif, je possède un Acer Liquid, qui tourne sous Androïd, qui fait tout comme l'Iphone, et même un peu mieux, mais avec des logiciels libres et gratuits. Au premier trimestre 2010, aux USA, Androïd a détrôné Iphone OS de sa deuxième place au hit-parade des systèmes les plus utilisés. Le premier, c'est RIM (Blackberry), le second est maintenant Androïd, et Apple n'arrive qu'en troisième position. Qu'on se le dise...


Le maire de Saran, charmante banlieue d'Orléans, a pondu une diatribe homophobe dans la Tribune d'Orléans il y a quelques jours, déclarant que l'homosexualité « serait une fuite en avant pour la race humaine ». Il est vrai que la vue du monsieur, dont la photo est publiée sur l'article en lien, donne envie de courir très vite... « Si mes parents n'avaient pas été hétérosexuels, je ne serais pas sur terre » ajoute-t-il. Je vous épargnerai les reparties trop faciles auxquelles ce genre de sortie tend la joue, en ajoutant seulement que c'est une excellente raison supplémentaire de militer pour l'homoparentalité.


Si vous voulez savoir quels sont les 50 sites internet les plus visités, en voici la liste.


Enfin, au lieu de me lire paresseusement, militez un peu.


Venez donc pétitionner pour défendre l'école publique. C'est ici.


Et bougez- vous aussi un peu contre ACTA, le zinzin concocté dans le secret qui menace vraiment vos libertés et veut étendre l'hégémonie du commerce américain sur toute la planète.





2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Ami je m'étonne de votre oublie certainement involontaire de votre part .
Vous ne nous avez pas dit de quel couleur Politique était ce gentil Maire De Saran et de son si gentil propos nauséeux ; il y à fort à parier que pour tenir de tel discourt très proche du reste des hurlements des Catho traditionnel sur la place St Jean à Lyon ou sur le parvis de Notre Dâme de Paris lors des fameux Kiss in
Il y a fort a parié disais-je que ce personnage milite à droite voir à l'extreme droite ......

Bien à vous Axel
Je laisse vos lecteurs découvrir en cliquant sur votre lien les origines de ce personnage pour le moins surprenant
Bien à vous

de Brethmas a dit…

Le lien dit clairement qu'il est communiste.
Ce n'est pas le premier communiste homophobe, loin de là.
Il y a le discours de Paris et la jungle profonde de province...
Le PC se rénove très très lentement...
Trop lentement... Ça lui coûte très cher, d'ailleurs.

Il y a aussi un problème d'homophobie au PS. Dans le Gers.
Le travail n'est pas achevé.

Il reste tout de même moins d'homophobes à gauche qu'à droite...
Et au moins, à gauche, l'homophobie n'est pas le fond de commerce...