samedi 8 mai 2010

327° La grande parade des mal-baisés.



Homophobe professionnel est un métier ingrat et difficile.


En vertu du vieux dicton qui dit que « Quand on s'occupe du lit des autres, c'est qu'on s'ennuie dans le sien », on a du mal à comprendre ce qui peut motiver un individu lambda (bêta, plutôt, non?) à s'engager avec tant d'acharnement dans des causes perdues.

Il y a ceux qui ont fait vœu de chasteté et de célibat, et ne se sentent pas pour autant confits de ridicule en prétendant expliquer au reste du monde comment il doit prendre son pied. Ils étalent leur incompétence avec ostentation, confondant pédophilie et homosexualité, sexualité et reproduction, plaisir et devoir, préférant les épidémies à la prophylaxie et confondant planning familial et assassinat.

Et puis il y a ceux qui font carrière dans l'homophobie comme on se lance dans l'assurance ou dans l'immobilier. Il y a un créneau à prendre, on le saisit.

Le drame, c'est qu'ils le saisissent rarement par hasard. S'ils choisissent l'homophobie comme cheval de bataille, c'est bien souvent parce que l'homosexualité ne les laisse pas indifférents.


Aux Etats unis, où ils ont toujours tout mieux que tout le monde, ils ont des associations spécialement dédiées à la lutte contre l'homosexualité à côté desquelles notre Vanneste passe pour un bricoleur du dimanche.

Ils ont par exemple la NARTH « National Association for Research and Therapy oh Homosexuality ». Ils ont aussi le « Family Research Council » dont le combat du moment consiste à s'opposer à un grand progrès social qu'Obama vient de donner discrètement aux Américains, la loi « Enda » « Employers non-discrimination act », qui interdit aux employeurs américains de refuser l'embauche pour des motifs religieux ou de préférence sexuelle. Car ce qui paraît évident aux Européens n'existait pas aux USA : il a fallu qu'Obama le crée !

Tous nos petits arrivistes qui veulent aller faire leur vie dans ce beau pays de liberté savent-ils qu'ils vont y trouver des « Family Research Council » qui se battent contre des lois progressistes comme celle-là, à grand coups de pétition sur internet. Il y en a qui vont déchanter. J'en connais même qui en sont revenus.


Aux USA, ils ont aussi un très beau pasteur baptiste, George Recker. Un super-pasteur, puisque chercheur à l'Université de Harvard, Professeur émérite à l'Université de Caroline du Sud, conseiller au Congrès, à la Maison Blanche et au State Department for Health and Human Service, le ministère de la Santé en quelque sorte. Et conférencier international sur le thème de la construction sexuelle des adolescents, pour ne rien oublier.Et père adoptif d'un garçon de seize ans. Ben quoi? Dans son état, c'est légal.

Il a publié quelques livres inoubliables : « Seigneur, dites moi qui je suis? », « Construire l'identité sexuelle de votre enfant », «Grandir hétérosexuel » et « Tout ce que les familles devraient savoir sur l'homosexualité ».

photo Brandon K Thorp

Eh bien vlan ! Ce presque génie vient de se faire pincer bêtement en compagnie d'un escort qu'il a rencontré sur le site rentboy.com. (Garçon à louer.com)

Je peux même tout vous dire, un autre blogger de blogspot détaille le profil de ce charmant auxiliaire de vie.


Je vous traduis un peu :

Massage, good times, Travel, escort for days, nights and weekends, My name's Geo. 20 year old, 5'9'', 130 pounds, 28'' waist size,8x6" UNCUT, VERSATILE, NICE ASS. Puerto Rican, fair/light-Skin, blond hair, blue eyes and athletic/muscular built. I'm a college guy, masculine, educated, really easy-going, great to get along with, can hold a conversation and passionate You could just say I love to have a good time. Very clean, professional, HIV and Disease FREE. For a sensual meet or companionship. Will do anything you say as long as you ask ;D Repeat encounters are always more exciting for me and make it more casual and comfortable for you as well. Call or text anytime.


Massages, bons moments, voyages, escort à la journée, pour la nuit ou le week end. Geo, 20 ans, 1m75, 72 cm tour de taille, 59 kg, pénis 20 cm longueur, 15 de diamètre, non-circoncis, actif-passif, beau cul. Puerto-Ricain, peau claire, cheveux blonds, yeux bleu et morphologie athlétique. Je suis lycéen masculin, facile à vivre, d'agréable compagnie, je sais tenir une conversation et vous passionner. Dites seulement que vous avez envie pour passer un bon moment. Très propre, parfaitement professionnel, séronégatif et exempt de toute maladie. Prêt à une rencontre sensuelle ou un simple accompagnement. Je ferai tout ce que vous voudrez autant que vous le demanderez, adore être sollicité, même répétitivement. Appelez ou envoyez texto à tout moment.


Suivent d'autres détails intéressants :

Safe Sex: Always Safe, Sexual Position: Versatile, Sexual Orientation: Bisexual, Drugs: Non-Drug User, Smoking: Non-Smoker, Ethnicity: Latino, Languages Spoken: English, Spanish, Tastes / Specialties / Fetishes: Vanilla, Leather, Anal, Oral, Shaving, Spanking, Role Playing, Kissing, Toys, Feet, Talents: Modeling, Go-Go Dancing, Stripping, Massage, Travel Companion, Tour Guide, Interpreter.

Usage de la capote : toujours, Rôle préféré : aucun, Orientation : bisexuel, Pas de drogue, pas de tabac. Parle anglais et espagnol. Goûts particuliers : La vanille, le cuir, rapports anal et oral, Epilation, Fessée, Jeux de rôle, baisers, jouets sexuels, fétichisme du pied. Activités préférées : Model-boy, go-go-danseur, strip-tease, massage, compagnon de voyage, guide touristique, Interprète.

Le célèbre professeur a été photographié en compagnie de son « guide touristique » à l'aéroport de Miami, et les journalistes ont tout voulu savoir. Et là, Prof s'est un peu embrouillé dans ses explications. D'abord, il a dit qu'il avait besoin d'un accompagnateur musclé pour porter les valises, et qu'un collaborateur lui avait conseillé ce garçon.

Le garçon, lui, n'a pas pris tant de gants, il a tout raconté. Le contact sur Rentboy, les fantasmes du client et même les versets du kama-soutra qui ont été mis en pratique.


La situation tournant puissamment au vinaigre, le prof a ensuite changé d'avis et déclaré qu'il avait emmené ce pauvre pêcheur en voyage précisément pour ramener cette brebis égarée dans le troupeau du seigneur et le convertir à la fois à la religion et à l'hétérosexualité.

Voilà comment la « National Association for Research and Therapy oh Homosexuality » a perdu son père fondateur et a dû expurger son site de toutes ses publications, comme indiqué sur l'article.


Ce n'est pas la première fois qu'un gigolo découvre que son client est un homophobe notoire et, par dégoût, le balance à la presse avec tous les détails. C'était déjà arrivé à un sénateur homophobe il y a quelques années. Qui a dit que les prostitués n'étaient pas des travailleurs utiles à la société ?

C'est arrivé encore tout récemment à un autre sénateur notoirement homophobe, qu'on a ramassé complètement pété au petit matin sur le trottoir d'un bar gay...


Décidément, le sénat américain est une pépinière de tantes honteuses... Remarquez, cela n'arrive pas qu'en Amérique : Un militant de l'extrème droite chrétienne nationaliste hongrois, virulent homophobe, s'est fait attraper fumant un joint en compagnie d'un porteur de string clouté à la Gay Pride de Toronto. Tout arrive.




Plus près de nous, le Conseil de l'Europe vient de voter une très importante recommandation aux 47 états membres, qui indiquera clairement le sens de l'histoire aux nostalgiques du Moyen-Age. Dommage qu'il y reste quelques petits trous où les ringards ne manqueront pas de s'engouffrer, comme par exemple la dérogation qui exempte les institutions religieuses de reconnaître les droits ouverts par les états. (Le mariage ou l'adoption par exemple). Les églises ont toujours manié simultanément le glaive et le goupillon, on ne voit pas pourquoi on leur témoignerait aujourd'hui tant d'égards. Néanmoins, le cap est pris Vanneste va être furieux et c'est bon signe.

Alors que la Gay Pride en Serbie a été définitivement annulée, celle de Vilnius, dans la très catholique Lithuanie, est l'objet d'un pugilat au jour le jour entre un tribunal qui l'autorise, une cour d'appel qui l'interdit, et la cour suprême qui l'autorise à nouveau... Jean Luc Roméro a déclaré vouloir s'y rendre, et on fourbit ses armes de part et d'autres. Elle pourrait bien se dérouler dans des conditions hasardeuses et donner lieu à quelques incidents, comme celle de Moscou les années précédentes, le maire de Moscou persistant à y voir une manifestation démoniaque, à l'instar des sept églises orthodoxes habituellement rivales, mais exceptionnellement réconciliées autour de l'homophobie.

Et pendant ce temps, en France, les homophobes font une guéguerre d'escarmouches. Après les équipes de foot, ce sont les « Gay Musette », ces dangereux subversifs qui se réunissent nuitamment pour danser le tango et le pasodoble qui se font virer d'un gîte rural qui découvre tardivement la nature du prince. Les ruraux de l'Ardèche « développent des énergies » qui semblent incompatibles avec les mesures à quatre temps.


Et une bande de petits cons trouve le moyen d'agresser en pleine rue, à Belleville, des transexuels venus présenter leur film à Paris...

Vanneste n'a pas écrit de nouveau livre, Frêche, Nicollin et Douillet se sont tenus cois, mais au Parlement, on ne nous oublie pas. A l'UMP, on prépare toujours l'avènement d'une ére de discrimination d'où on espère voir jaillir un sursaut réactionnaire.






Aucun commentaire: