lundi 23 avril 2012

414° Fin de règne....


Il y a des petits plaisirs, comme ça, dans la vie. C'était hier soir à la télévision. Voir la droite exploser en une demie-heure et le parti de l'arrogance et de l'imposture se transformer en pauvres bonimenteurs de foire avec prédiction d'apocalypse si on ne les repêche pas et promettre un redressement possible de l'avion en piqué contre toutes les sciences et les mathématiques, assister en direct à la panique dans le nid de guêpes et voir défiler les promesses de réaliser la semaine prochaine tout ce qu'ils n'ont pas fait en cinq ans, c'est jouissif. C'était un peu comme regarder un crash d'avion au ralenti, vous savez, sur ces petites videos d'internet où on vous repasse l'accident à l'endroit, à l'envers, au ralenti et à l’extrême ralenti. Voir l'UMP s'écraser... replay, replay, replay...



Sarkozy avait pris la précaution d'annexer dans son giron les petites droites périphériques, Boutin, Borloo, le nouveau centre et Frédéric Nihouss. Cela pouvait éviter quelques désagréments en cas de bon score, mais cette tactique asséchait du même coup toute réserve de voix en cas de panne dans le désert.... Le bientôt perdant n'a plus qu'à espérer de secours que du Front National qui le lui refuse et de quelques abstentionnistes qui auraient sûrement été voter pour lui s'ils avaient voulu le voir gagner. Cela fait un peu léger.


Car la grande et prévisible nouvelle est arrivée vers 20h.30, par la voix de monsieur Collard (avec 2 L), et confirmée à 21h par le président d'honneur. L'UMP faisait semblant de l'apprendre: Le FN n'appellerait pas à voter pour elle. Le Front National est bien plus à l'aise dans l'opposition qu'au pouvoir pour brandir ses épouvantails, et à vrai dire, il préférerait carrément voir Hollande l'emporter.


De toute façon, même en cas d'élection, cela aurait posé un problème. Être élu avec les voix du Front National, cela a déjà gâché la carrière de quelques députés de droite il n'y a pas si longtemps, et ça se porte très mal pour un président, même peu soucieux de bienséance. Voilà ce que c'est d'avoir trop écouté Patrick Buisson, le Raspoutine de l'Elysée...


Ceci d'autant plus que le front national totalise un score élevé, douloureux pour les républicains et les humanistes. Quand vous être dans le métro, un voyageur sur cinq autour de vous a voté front national. Heureusement, quelques pays autour de nous souffrent du même eczéma, ce qui aide à atténuer quelque peu notre honte. Mais quand même.....


Ce qui me fait rire jaune, c'est de voir la camionneuse Marine disputer le volant de la droite au gringalet Nicolas. « La droite, maintenant, c'est nous ! ». Enfin, fasse le ciel, s'il existe, que cela reste une image de guignol. Je préfère la bêtise à la méchanceté.


Le grand coup de chapeau de la campagne va sans conteste à Jean Luc Mélenchon, pour le renouveau qu'il a su insuffler dans le paysage politique, pour la ferveur et l'intégrité de sa démarche, et pour la générosité avec laquelle il efface provisoirement sa personne afin de remettre le pays sur les rails qui vont à gauche. Certes, il a été victime du « vote utile », ce réflexe de prudence issu du souvenir amer du 21 avril 2002, qui a poussé beaucoup de ses sympathisants à voter « néanmoins » Hollande, « pour être sûr ». Reste maintenant à lui donner des députés, la cause et son héraut les méritent.


Le parquet de Paris décide d'ouvrir des enquêtes préliminaires contre les organes de presse qui ont diffusé les résultats avant l'heure. Comme l'indique le mini-sondage réalisé ce matin par zd-net, 80% des internautes avaient les résultats bien avant 20 heures. Or les internautes, c'est aussi 80% du bon peuple français. A moi, Don Quichotte ! J'ai vu bouger une aile de moulin !


Dans les quinze jours qui viennent, la campagne va se déchaîner. Les sarkozistes pur sucre affirment que leur zébulon va multiplier les événement avec une telle célérité que le placide Hollande ne pourra pas le suivre. Mais c'est peut-être aussi parce qu'il a tout bâclé depuis cinq ans que tant de choses sont bonnes à refaire. Un coup tordu ? Il est capable, mais on l'attend tellement que cela risque d'être contre-productif. Prendre les gens pour des imbéciles, il y a tout de même une limite. Et puis Hollande a-t-il envie de répondre à l’affolement par la frénésie ? On imagine volontiers que non.

Par contre, il y a un insupportable que je redoute de voir arriver un jour au premier rang de la horde politique, c'est Copé. Technique de représentant en aspirateurs, qu'il a tenté d'utiliser hier soir avec Martine Aubry, qui en a pourtant vu d'autres : Copé pose trois questions d'un coup. Pendant qu'on répond à la première, il vous interrompt pour dire qu'il n'a rien entendu sur la seconde. Alors, on passe à la seconde et il vous interrompt à nouveau pour vous accuser d'avoir éludé la première, puis quelques instants après, à nouveau, de n'avoir pas abordé la troisième.


Lorsqu'il a bien saccagé l'argumentaire de son interlocuteur, il assène à nouveau deux ou trois contre-vérités de base, et l'impression générale est qu'il avait de la suite dans les idées alors qu'il n'avait rien à dire, et que vous ne connaissez pas vos dossiers alors qu'il a copieusement mélangé vos fiches. Un zeste de mensonges et de contre vérités, et passez-muscade.

Questions contre-vérités, il faut bien dire que Copé mérite un diplôme d'excellence. Par exemple, il accuse Martine Aubry de vouloir fermer 24 centrales nucléaires, alors qu'il ne s'agit pour le moment que de n'en fermer qu'une, Fessenheim. Et sur cette centrale, il reprend le petit numéro de Sarkozy, qui déclarait en se moquant qu'on n'avait que peu de chances de voir un tsunami déferler sur l'Alsace.

Un tsunami, peut-être, mais le grand canal d'Alsace, qui jouxte justement cette centrale, a son niveau d'eau huit mètres au-dessus des installations critiques. Or, si la centrale est garantie contre les séisme jusqu'à 6,5, les digues du grand canal, elles ne le sont pas ! Et la zone est sismique....


C’est avec des débats de cette richesse et de cette bonne foi que nous allons aborder les quinze derniers jours de convulsion de la bête. La droite s'est toujours crue légitime dans ce pays. En 1981, elle nous prédisait déjà la ruine et les dix plaies d'Egypte. En 1981, elle nous mentait déjà sur ses compétences exclusives à gérer l'international, maîtriser la finance et assurer l'égalité des citoyens.

En 1981, elle publiait « les cent jours de Mitterrand », cette période d'essai qui « suffirait aux Français pour comprendre ».


Bon allez, bientôt le 6 mai. Vous avez pensé à acheter le champagne ?




4 commentaires:

Anonyme a dit…

enfumage magnifique de votre part toujours merveilleusement bien écrit.
sur les questions posées à M Aubry elle à aussi répondu par une pirouette à la question de JF Copé sur cette histoire de jours ou heures de piscine réservées au femme voilée dixit Copé ou au femme obèses LOL belle pirouette mais mensonge ...
Les voix du Front National ne sont pas plus écoeurante que celle de Melanchon, mais il est vrai que dans notre pays il y à des extrèmes respectacles et d'autres qui ne le sont pas, la xénophobie qui si elle n'est pas tournée vers les mêmes classes de populations reste de la Xénophobie, Mr Mélanchon représente la fange la plus immonde de la gauche comme Md Le Pen représente celle de la droite. La joie de certain de voir ce triste sire qui me fait penser à l'écouter au pire moment du Staliniste victorieux me fait autant peur que les élucubrations raciste de la Blonde bon teint que l'on à tentez de nous présenter comme plus respectable que son géniteur . Bien à vous Axel

de Brethmas a dit…

Vous voyez les choses par le mauvais bout de la lorgnette:

Pendant que Copé harcèle Martine Aubry avec les horaires de piscine et le vote des étrangers aux élections locales, les études, dont une encore parue ce matin:

http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Actualit%C3%A9/Pr%C3%A9occupations

montrent que les Français se contrefoutent de ces sujets.

Ils se soucient du chômage, du pouvoir d'achat, de l'équité fiscale, et d'autres sujets qui ne sont pas comme à l'habituel chez Copé, des propos de comptoir.

Anonyme a dit…

Bien évidement que les sujet les plus importants sont le chômage, le pouvoir d'achat ETC... et c heureux que nous nous soucions de cela en priorité, vous remarquerez au passage que malgrès de très bon chiffre au sujet de l'égalité du mariage homosexuel sur ce même site cela ne fait pas partis non plus des priorités des Français, donc fin de non recevoir OUI Copé à tout fait pour embrumer Martine Aubry mais il parle d'un sujet sur le quel il peut gagné quelques voix y compris de personnes qui se batte contre le FN. Sujet sur lequel nous n'avons pas de sondage en tout cas je n'en ai jamais vu. C'est de la politique Mr vous le savez mieux que moi vous avez milité ce qui n'est pas mon cas ce sont des parades facile je vous l'accorde mais elles font parfois mouche quand on est au pied du mur on se défend par d'autre arguments . croyez moi je suis un grand déçus de NS le bilan n'est pas catastrophique apr rapport à d'autre pays Européens mais il est loin d'être au niveau attendu et nombres de promesse ont été foulées aux pieds mais je ne fait aucune confiance à FH pour conduire notre pays alors j'ai voté et je voterais encore le 6 par dépit pour une droite qui malgrès tout nous a évité une banqueroute total. Je suis pour une alternance du pouvoir . Ha si seulement DSK ne c'était pas grillé là je serais partis bille en tête dans une confiance comme celle que j'ai put avoir en 2007 . Bien à vous

de Brethmas a dit…

Juste une petite citation de mon article précédent, qui définit assez bien 44% des 45 qui s’apprêtent à voter Sarkozy:

* * * * * * * * * * * *

De débat social ou démocratique, point. Sarkozy, pour eux, c'est la richesse. Pas la leur, ils sont pauvres. Celle qu'on leur a promise et à laquelle ils croient. On leur a dit que le grand méchant loup de gauche allait croquer toutes les économies qu'ils n'ont pas, et ils le croient aussi. Parce qu'ils ne travaillent pas en bleu de chauffe, ils se croient au-dessus des « classes laborieuses » et du monde ouvrier.

* * * * * * * * * * * * *