dimanche 8 juillet 2007

109° After Pride bis. Vessies et lanternes

.

Les réactions –que j’espère pourtant- à mon article 108, comme aux autres, relatifs à l’attitude et aux positions de notre actuel gouvernement face au fait homosexuel se manifestent de bien étrange manière.

Je reçois des emails, mais mes chers lecteurs (300 cette semaine) rechignent manifestement à engager le débat sur le blog en y postant des commentaires. Alors, je vais les aider un peu en publiant un paragraphe significatif d’un email que j’ai reçu. Que son auteur prenne cet emprunt comme la reconnaissance du caractère respectueux et civilisé de sa prose, ce dont quelques autres ne peuvent se prévaloir. Là, ça se limite à « obscurs entêtés à oeillères ». Mais dire les choses presque poliment ne signifie pas pour autant qu’on dise des choses indiscutables, et on va donc en débattre un peu.

Voici donc l’émail le mieux léché que j’ai reçu :

Lorsque TOLÉRANCE rime avec INTELLIGENCE cela peut donner un article comme celui-ci :

"Marche des fiertés, la bastille en point de mire.

Cet ensemble existe pour faire avancer les mentalités et les lois, il rassemble des hommes et des femmes de tous horizons.

Pour la première fois j’y participais, femme militante de gauche, autour du char de GayLib. Si, si je vous assure….

Faire changer de l’intérieur une famille politique qui a fort à faire, est un challenge auquel il m’intéresse d’apporter mon grain de sable.

-Soutenir une candidate socialiste contre L’homophobe du nord, ils l’ont fait.

-Discuter avec Mme Boutin, ils l’ont fait.

-Porter l’intérêt de l’union civile, ils l’ont fait.

Se faire barrer la route le 30 juin par d’obscures entêtés à oeillères ils l’ont subit, mais qu’avaient-ils donc fait, pour se faire traiter de la sorte ?

Serait-ce la rançon du militantisme ? Le militantisme homosexuel ne doit il être respecté que quand il est fait par des gens de gauche ?

C’est malheureusement ce que font penser cette poignée isolée d’obtus.

Vive le reste du cortège….


Et voici ce que je lui ai, par email, répondu :


Lorsque j'étais adolescent, quatre de mes camarades se sont suicidés entre 15 et 20 ans pour cause explicitée d'homosexualité.


J'en suis passé très près et j'ai essuyé bagarres, cassages de gueule, injures et crachats pendant des années.

A la mémoire de mes amis disparus, J'ai commencé à militer en mai 68 dans le célèbre amphi des Beaux Arts où tout a commencé, et j'ai vécu tous les mouvements qui se sont succédés pendant quarante ans.
le FHAR, le CUARH, les GLH, Arcadie, et j'en passe.

J'ai vécu un drame familial avec mon coming out.

Pendant quarante ans, nous n'avons eu qu'un seul ennemi, un conglomérat de partis de droite avec un électorat à connotation réactionnaire chrétienne bien de chez nous.


En 1960, Mirguet (gaulliste) a fait assimiler l'homosexualité aux grands fléaux sociaux avec la tuberculose, le proxénétisme, l'alcoolisme et la toxicomanie. La droite l'a voté.

En, 1962, le même Mirguet a fait voter un doublement des peines pour "attentat à la pudeur entre personnes du même sexe" et porté la majorité sexuelle à 21 ans pour les homos contre 15 pour les hétéros.. La droite l'a voté.

En 1981, j'ai été entendu par la Commission Badinter pour supprimer ce doublement des peines (art 331 alinéa2) et pour unifier l'âge de la majorité sexuelle (art 331 alinéa3). La gauche a voté ces abrogations, la droite a voté contre à l'unanimité.

Dans les années 90, douze projets de loi ont été déposés par des députés ou des sénateurs RPR pour rétablir ces alinéas.

En 1999, la gauche a voté le PACS à l'unanimité moins une voix (Gremetz), la droite a voté contre à l'unanimité moins une voix. (Roselyne Bachelot)

En 2004, plus de 200 députés de droite ont signé une pétition contre l’amélioration du PACS, et même pour sa suppression. Depuis les dernières élections, et comme il y a eu des battus, on ne sait plus très bien combien ils sont. Disons de 170 à 200, soit plus de la moitié de l’UMP.

En 2006, deux députés de l'UMP, Vanneste et Reynaud Ceccaldi ont été condamnés pour injures homophobes. Tous deux font aujourd’hui partie du groupe parlementaire de l'UMP à l'Assemblée Nationale. (Tout comme les 200 pétitionnaires d'ailleurs).

Alors, venir aujourd'hui nous faire croire que "la droite a changé" alors qu'elle compte en son sein sans songer à les exclure nos ennemis les plus déterminés, c'est de la pure démagogie.


Venir nous faire croire que l'UMP va soudain voler au secours des pauvres pédés alors que le mouvement dont elle est le dernier avatar les persécute depuis les années 60, cela fait partie de la politique de ratissage en grande largeur de son l'actuel animateur.



Personne de raisonnable ne saurait y croire. La démagogie a des limites.

D'autant plus que le projet de "mariage spécial pédé", le CUC, proposé par monsieur Sarkozy est un piège: La défense des droits des gays a consisté pendant quarante ans à éradiquer toute mention explicite de la préférence sexuelle de tous les textes législatifs, seul moyen d'accéder à une égalité républicaine véritable où tous les citoyens sont traités sans distinction de la même manière.

Une disposition "spéciale homo" est à ce titre une régression: elle réintroduit la notion de préférence sexuelle dans la loi, renoue avec la tradition de créneaux générateurs de ghettos, d'enclaves communautaires qui sont autant de marques d‘isolement, d'exclusion et de discrimination dont nous ne voulons pas.

Fin de la réponse.

Ce dialogue appelle quelques réflexions, même si l’essentiel de mes arguments est contenu dans ma réponse. Je ne dirai pas un mot de la décision d’une « militante de gauche » de faire sa marche des fiertés autour du char de l’UMP, elle défile où elle a envie, je me bornerai à demander combien de « militants de droite » ont fait leur marche autour de chars de gauche… C'est vrai qu'à part les chars commerciaux, il fallait chercher.!

Là où ça devient difficile, c’est lorsque les tenants d’un parti qui a pratiqué à notre encontre l’intolérance la plus bétonnée pendant un demi siècle prétendent taxer à leur tour d’intolérance ceux qui s’aventurent à lui rappeler son passé. !

Après tout, le Front National aussi dit très fort qu’il a changé ! Faut-il le croire et tout oublier ?

Toutes les minorités reprochent leurs exactions à leurs tortionnaires, les gays seraient-ils une « sous-minorité » à laquelle ce droit ne saurait être accordé ? Le procès de Nuremberg et le Tribunal International de La Haye sont-ils des manifestations de justice ou d’intolérance ?

Que Gay Lib ait soutenu une candidate socialiste contre Vanneste, ils pouvaient difficilement faire moins, mais ce qu’il fallait, c’était exiger l’investiture d’un candidat UMP présentable contre lui.



Ce n’est ni avec Boutin ni avec Vanneste qu’il faut discuter, mais avec ceux qui emploient leurs compétences, facilitent leur élection, engrangent leurs électeurs, les comptent dans leur groupe parlementaire. –…et les nomment dans leur gouvernement. Ce ne sont pas les fantassins qui font les guerres, mais les généraux !

Christine Boutin, voir mon article n° 67 du 5 novembre 2006:

http://brethmas.blogspot.com/2006/11/67-celle-que-vous-croyez.html

et voir aussi l’article tout récent d’Illico :

http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=15864


Quant à porter « l’intérêt de l’union civile », il n’y a vraiment qu’eux qui en voient un. Pour tous les militants d’expérience, le CUC est un piège et une régression, avis que j’explicite dans mon article n° 98, et qui reflète l’opinion de tous les mouvements auxquels nous devons ce que nous avons obtenu à ce jour.

Si l’UMP avait un char dans la Marche des Fiertés aujourd’hui, c’est bien grâce aux « obtus entêtés à oeillères» qui depuis quarante ans, se battent contre des montagnes pour que cette Marche des Fiertés existe, se reproduise chaque année, fasse des émules dans les autres pays ; et laissent avec angélisme tous les partis défiler dedans. Maintenant, que sa présence soit mal perçue par ceux qui se sont battu quarante ans contre ce qu’elle représente, ça ne tient qu’à elle. On récolte ce qu’on a semé. Les trublions qui ont agacé son camion ne sont qu’un incident anecdotique, mais le processus dialectique veut qu’on en fasse tout un plat parce « ça permet de désigner un coupable ». Moi, j’ai entendu des huées à plusieurs endroits du défilé, et ça, curieusement, ils n’en parlent pas. Ces huées sont pourtant bien plus significatives.



Pendant les quarante années où les « obscurs entêtés à œillères » ont déplacé des montagnes, où étaient-ils, « ceux sur qui on peut compter » ? C’est avec ce slogan qu’ils veulent nous faire avaler leur couleuvre ? Qu’ils fassent virer Boutin et Vanneste explicitement, et on les croira.

Nous sommes partis d’une situation où la loi tenait l’homosexualité pour une cause aggravante et l’opinion publique nous était négative.

Aujourd’hui, grâce aux obscurs entêtés, la loi nous protège et l’opinion publique nous est favorable. Même si tout n’est pas encore parfait, des hommes politiques ouvertement gay se font élire.

Et maintenant que nous sommes sur le point de cueillir quelques fruits de quarante ans de catacombes, de batailles et d’obstination, un escadron de ceux qui nous ont persécuté pendant tout ce temps émerge soudain et vient sournoisement récolter sa part d’un travail quasi-achevé en l’assaisonnant d’un projet régressif d’union civile …

Pour donner des leçons de tolérance, il faut avoir fait la démonstration de sa pratique. Or force est de constater qu’aujourd’hui, avec la présence de Boutin et de son cabinet de prêtres au gouvernement ainsi que dans son groupe parlementaire, où elle retrouve Vanneste et quelques autres, l’UMP n’est pas en position de donner des leçons de tolérance aux homosexuels.

Qu’elle le soit un jour, je suis le premier à le souhaiter. Un vrai militant ne peut que se réjouir de voir l’unanimité se faire autour de la cause qui lui est chère. Mais il reste lucide : Pour le moment, je ne vois pas d’ouverture. Je constate juste une tentative de récupération. Les gays ne sont pas les seuls à faire l’objet d’une si étrange sollicitude : je rappelle que, pendant la campagne, on avait même vu un groupe de « sarkozistes de gauche » s’activer à la division de tout ce qui pouvait entraver le rouleau compresseur populiste.

Les démonstrations par l’absurde pleuvent de tous côtés : on va augmenter le pouvoir d’achat en n’augmentant pas le SMIC, renforcer les effectifs de l’éducation nationale et de la police en diminuant le nombre des fonctionnaires, résorber la dette en accordant des remises d’impôts à ceux qui en paient le plus, renforcer le droit des travailleurs en s’attaquant au droit du travail et faciliter la négociation en s’attaquant au droit de grève, loger les sans-abris en privilégiant l’accès à la propriété, et renflouer les dépenses sociales et résorber la fracture du même nom en augmentant la TVA qui est l’impôt le plus inégalitaire. Pour ça, on avait déjà eu Pierre Dac, Francis Blanche et Alfred Jarry, mais au moins, eux, ils plaisantaient au lieu de faire de la politique.

Qu’on multiplie les effets d’annonce, et qu’ils puissent trouver quelque audience dans un public anesthésié par les faits divers qui occupent la quasi-totalité de nos journaux télévisés et par la disparition d’émissions d’information comme « Arrêt sur Image », ça peut prendre sur certaines catégories de population. Mais pour tromper avec des artifices aussi grossiers des gens qui ont milité toute leur vie pour faire avancer une cause, il faudra trouver autre chose.

.

Aucun commentaire: