mercredi 30 mai 2007

99° Pirates, pirates, pirates.


Il y a des pirates partout. Au cinéma, sur internet et au gouvernement.

.

Pirates des Caraïbes.

Concernant ceux du film Pirates des Caraïbes n°3, ils m’ont un peu fatigué. Encore un film de 2 heures 40 qui se déroulerait parfaitement avec une heure en moins. C’est beau, mais c’est trop. J’aime les films de marine à voile, mais je préférais Moby Dick et les Révoltés du Bounty, même si les trucages du machin des Caraïbes sont, j’en conviens, époustouflants.

.
Il y a trop de tout dans ce film. Des batailles d’une demie heure où les protagonistes se découpent en petits dés à une vitesse telle qu’on n’a pas le temps de compter les morceaux. Fatigant. D’autant plus qu’on finit par ne plus savoir qui est qui. Il y a les vivants dans le royaume des morts, les morts qui vivent chez les vivants, les morts qui sont bien chez les morts, mais à qui on peut quand même rendre visite, les morts-vivants, et même un vivant-mort qui traverse l’écran tous les quart d’heures. On devrait leur coller des dossards numérotés comme aux joueurs de rugby, l’empoignade serait plus facile à suivre.


Pirates du Cœur.

Au passage, allez donc voir le délicieux « Chansons d’Amour » de Christophe Honoré. Petits ménages à trois et virage de cuti pleins de sentiments et de subtilité. Sur la trame de quatorze chansons qui ne seront pas des tubes, mais qui sont tout de même bien agréables, -surtout la dernière: " entendre je t'aime" ce petit remake modernisé des Parapluies de Cherbourg, malgré un étrange générique sans prénoms, fait planer le spectateur bien plus haut en une heure quarante que les flibustiers en presque trois heures.

.
On y découvre que le charmant Louis Garrel peut faire d’excellents films sans se mettre tout nu, ce qu’il n’avait pas su faire jusqu’à maintenant, même si pour ma part, je ne me suis jamais plaint de ses exhibitions. (Ceci est mon corps, Les Innocents, Ma Mère, Dans Paris)…

On le découvre assez bon chanteur, et ses talents d’acteur se confirment dans un rôle d’écorché vif, tout en subtilité et en sentiments. A ne pas manquer.


Pirates d’Internet.

Le consortium du pognon remporte des victoires : Le Conseil d’Etat vient d’annuler la décision de la CNIL qui refusait la chasse automatisée des téléchargements de gros fichiers en peer to peer. La chasse aux téléchargeurs de musique et de films est officiellement ouverte.

.Elle n’est pas près de se terminer, car dans le même temps, le Yankee Group, association américaine des « ayants droit d’auteur » qui porte bien son nom vient d’annoncer dans un communiqué alarmiste que tous les systèmes de DRM qui ont été implémentés à grande échelle – du CSS au Fairplay d’Apple, en passant par l'AACS des DVD haute définition - ont été cassés, et que plusieurs sites comme Skyloft mettent en ligne des logiciels capables de les contourner.

Pour ma part, cela ne me fait ni chaud ni froid, car je pense qu’un film est fait pour être regardé dans un cinéma, et je possède pour cela une carte Pass qui me permet de voir tout ce que je veux pour une somme mensuelle dérisoire.

Question musique, je suis trop exigeant sur la haute fidélité pour me satisfaire de la qualité médiocre du MP3, et concernant ma collection de comédies musicales, le plaisir d’un collectionneur est bien de posséder des choses qu’il connaît et apprécie, ce qui dissuade de les pirater.

Par contre, j’apprécie beaucoup ma place dans les tribunes pour assister au match : « World Company contre Systeme D. ».

Aux USA, l’autre pays où le pire est possible, un site vient d’ouvrir qui donne les coordonnées de tous les indicateurs de police, repentis et autres informateurs.

http://whosarat.com/ (qui est une balance.com)

Cette merveille de civisme qui est un fabuleux coup de pouce aux délinquants de tous poils est rendue légale par la constitution même des Etats-Unis qui stipule que l’intégralité des auditions, des actes de procédure et des compte-rendus des greffiers doivent être publics après le jugement. Cette base de donnée payante est tenue par un certain monsieur Capone. La dépêche de l’Associated Press ne précise pas s’il est de la famille de l’autre.


Pirates politiques.

Le 1° Juillet, le consommateur français pourra choisir son fournisseur d’électricité et de gaz. Cette opportunité a déjà été offerte aux entreprises il y a deux ans, et 60 Millions de Consommateurs nous avertit que les clients qui ont cédé aux chants des sirènes du privé s’en mordent les doigts : les tarifs, alléchants au jour de la proposition, ont augmenté de 50 à 70% en deux ans, et il n’est plus possible, lorsqu’on est sorti du secteur réglementé pour batifoler dans le privé, d’y revenir même avec de plates excuses.

C’est ça la « liberté de choix » du « libéralisme » ?

Restons donc chez GDF – EDF pour le moment.

Les premières décisions de notre calife s’adressent très précisément à « sa clientèle ». Bouclier fiscal, déduction fiscale des intérêts des emprunts immobiliers, et autres cadeaux aux nantis. Les locataires devront attendre plus longtemps les mesures de garantie des caution dont on a vaguement parlé dans la campagne, et les exclus sont invités à se tourner vers Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, dont le rôle semble de plus en plus viser à aider au désengagement de l’état de ses obligations de solidarité en facilitant l’orientation des plus pauvres vers les œuvres caritatives privées.




Pirates homophobes : l’internationale.


.Comme on le craignait, la deuxième gay Pride de Moscou s’est déroulée ce dimanche dans un climat de violence insupportable. Qualifiée « d’œuvre de Satan » par l’inqualifiable et superstitieux maire de Moscou Yuri Liujkov, elle a vu les agresseurs mollement repoussés et nullement interpellés par des forces de l’ordre qui se sont contentées d’entasser dans des cars les gays manifestants au prétexte d’entrave à la circulation et d’emmener à l’hôpital ceux dont ils n’ont pas jugé devoir empêcher le passage a tabac.

Cela m’inspire deux idées.

La première est de créer une distinction particulière, un grand ruban arc-en-ciel, et de la décerner en grande pompe et avec tous les honneurs dus à un grand combattant à Nikolaï Alekseev, le fondateur de http://www.gayrussia.ru/ (version anglaise en haut de l’écran)

Pionnier de la défense des droits des gays dans son pays, organisateur des Gay Pride russes, qui, de cassage de gueule en arrestation, avance depuis des années la tête haute face à l’une des homophobies les plus enracinées de la planète.

Voici une page dédiée à ce grand bonhomme dont l’activisme, l’esprit, l’opiniâtreté, le courage et le désintéressement appellent les plus hautes distinctions.

http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=portraits&articleID=12970

La seconde est l’habileté avec laquelle notre gouvernement se défausse de ses responsabilités et arrivé à concilier le médiatique avec la plus parfaite hypocrisie et l’ignorance la plus crasse de ses dossiers.

Sommé par l’ensemble des associations LGBT françaises de protester énergiquement contre le déroulement scandaleux de la Gay Pride moscovite, le gouvernement s’est exécuté. Mais comment ?

Jean Baptiste Mattéi, porte parole du Ministère des Affaires étrangères a déclaré :

"Nous déplorons ces violences et rappelons que l'orientation sexuelle relève de la sphère privée. Nul ne saurait donc être victime de violences au nom de ses choix en la matière",

nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur les circonstances dans lesquelles se sont produites ces agressions".

Voilà donc à nouveau manipulé le couteau à double tranchant. Certes, cette déclaration a le mérite d’exister, mais elle profite de sa médiatisation pour renforcer l’idée d’une « homosexualité librement choisie », ce qui est d’abord faux, et ensuite et surtout conforte les homophobes dans l’idée perverse que « si on a choisi, on peut changer ».

Messieurs les homophobes pourraient-ils nous expliquer à la suite de quel débat intérieur « ils ont choisi » leur hétérosexualité ?




Aucun commentaire: